Cosmétiques : l'Europe pour l’arrêt mondial des tests sur animaux


  • Cosmétiques : l'Europe pour l’arrêt mondial des tests sur animauxPhoto : Shutterstock
  • Protection/ Expérimentation

    Les députés européens se sont prononcés, à une écrasante majorité, pour une interdiction, partout dans le monde, de l’expérimentation animale dans le secteur des cosmétiques.

    Avec AFP.

    « L'expérimentation animale ne peut plus être justifiée pour les cosmétiques », ont affirmé les eurodéputés, jeudi 3 mai, dans une résolution votée en séance plénière à Bruxelles à une majorité écrasante : 620 voix pour, 14 contre. Par ce texte, les députés appellent ainsi l'Union européenne et les différents États membres à soutenir le « développement de méthodes d'expérimentation novatrices et humaines » au nom d’une « opposition des citoyens » grandissante à la souffrance animale.

    En France, 90 % de la population est opposée à l’expérimentation animale lorsque des méthodes alternatives existent, selon un sondage de la Fondation 30 Millions d’Amis, réalisé en 2018. Un résultat en très nette progression, de 5 points, par rapport à 2003. Tandis qu’à l’échelle de l’Union européenne, un sondage Eurobaromètre publié en 2016 montre que 90 % des citoyens européens souhaitent la mise un œuvre de normes éthiques élevées en matière de bien-être dans le monde.

    Face à ces constats, les députés européens ont donc préparé, début 2018, une résolution permettant à l’Europe d’agir et de faire entendre sa voix à l’échelle internationale, en demandant à ce qu’une réglementation internationale impose, d’ici à 2023, une interdiction similaire à ce qui existe déjà au sein de l’UE, dans le domaine des cosmétiques.

    Depuis 2013, en effet, l'Union européenne interdit tous les tests sur animaux pour l'industrie cosmétique ainsi que la vente de produits testés sur les animaux. Une réglementation stricte qui n’a pas eu d’impact négatif sur le développement du secteur des cosmétiques dans l'UE, assure le Parlement : avec deux millions d'emplois, il est en outre « le plus grand marché de produits cosmétiques au monde ».

    « Je me souviens qu’en 2009, lorsqu'une interdiction européenne concernant l’expérimentation animale dans le secteur cosmétique a commencé à émerger, il y a eu de véritables levées de boucliers et des prédictions alarmistes sur l’effondrement de l’industrie cosmétique en Europe ou bien encore sur l’émergence de gros problèmes de sécurité ou sanitaires. Or on voit bien que rien de tout cela ne s’est produit », constate Audrey Jougla, présidente de l’association « Animal Testing ». Pour elle, le chemin parcouru en seulement moins de 10 ans est encourageant. « On en est aujourd’hui à donner des leçons à nos voisins », remarque-t-elle, non sans ironie. « On constate généralement que lorsque le droit progresse à un endroit, quel que soit le domaine, cela entraîne une dynamique positive générale. Il devient alors beaucoup plus facile pour les autres pays de légiférer, et pour ceux qui ne s’engagent pas sur la voie donnée, la pression est de plus en plus forte pour que des mesures similaires soient adoptées. »

    80 % des pays dans le monde autorisent l'expérimentation animale

    C’est en tout cas ce que semblent espérer les députés européens. Car en l’absence d’interdiction internationale, il reste pratiquement impossible de garantir aux citoyens européens que les produits cosmétiques vendus dans leur pays n’ont pas engendré de souffrance animale. En effet, le Parlement européen a dénoncé le fait que certains cosmétiques sont testés sur des animaux en dehors de l'UE avant d'être testés à nouveau dans  l'UE, avec des méthodes alternatives, ce qui permet à ces produits d'être mis en vente en Europe.

    Environ 80 % des pays dans le monde continuent à autoriser l'expérimentation animale et la commercialisation de produits cosmétiques expérimentés sur des animaux, note le Parlement. Les eurodéputés demandent ainsi à la Commission européenne et aux dirigeants de l'UE de porter cette cause devant les Nations unies, en l'inscrivant à l'ordre du jour de la prochaine session de l'Assemblée générale, et de « faciliter, promouvoir et soutenir » la conclusion d'une convention internationale. « Lapins, hamsters, souris, plusieurs millions d'animaux sont tués chaque année dans les laboratoires du monde entier, alors que pour les cosmétiques, plus rien, aujourd'hui, ne le justifie. Des méthodes de test alternatives existent, qui sont souvent moins chères, plus rapides et plus efficaces », a souligné l'eurodéputée belge Frédérique Ries.

    Une évolution progressive

    La résolution des eurodéputés traduit un changement évident des mentalités concernant l’expérimentation animale. Mais le secteur des cosmétiques n’est pas le seul concerné par le développement de méthodes d’expérimentation scientifique alternatives, n’engendrant pas de souffrance animale. Christiane Laupie-Koechlin, fondatrice du comité scientifique Pro Anima, rappelle que la science a aujourd’hui fait des progrès énormes et que des méthodes de remplacement se développent, et ce, dans de nombreux domaines comme  la toxicologie, la recherche sur le cancer ou encore sur les maladies neurodégénératives comme la maladie de Parkinson. Des méthodes qui sont non seulement plus éthiques, mais aussi plus fiables scientifiquement. « Nous avons démontré que l’on peut faire mieux que des recherches incluant des tests sur les animaux. Mais il y a encore un réel manque de financement et de volonté politique pour développer ces méthodes de remplacement », regrette Christiane Laupie-Koechlin.

     


    Autres articles à lire

  • Expérimentation animale : une règle des « trois R » inefficace

    ProtectionDouze millions d’animaux sont sacrifiés chaque année en Europe pour faire avancer la recherche. Une directive européenne encadre depuis 2010 cette pratique mais reste cependant insuffisante.

    28 Février 2018
  • Cosmétiques : la Californie interdit les tests sur les animaux

    ProtectionLe 31 août, la Californie a voté à l’unanimité l’interdiction de vendre des produits cosmétiques testés sur les animaux. Christiane Laupie-Koechlin, fondatrice et secrétaire générale de l’association Pro Anima, nous parle plus en détails de cette avancée.

    19 Septembre 2018
  • « Les expérimentations animales n’ont plus lieu d’être »

    ProtectionLa Journée mondiale des animaux dans les laboratoires, ce 24 avril, est l’occasion pour de nombreuses associations de dénoncer les tests sur les animaux et de rappeler que des méthodes efficaces de substitution existent et sont à développer.

    24 Avril 2017
  • Réhabiliter tous les animaux de laboratoire, est-ce possible ?

    ProtectionEn 2015, près de 2 millions d’animaux ont été utilisés en France pour la recherche*. Pour ceux dont la mort n’est pas indispensable à l’étude, se pose la question de la réhabilitation. Or, beaucoup de laboratoires procèdent à des euthanasies de convenance…

    24 Avril 2019
  • Diesel : Volkswagen accusé de tests sur des singes et des humains

    ProtectionLes constructeurs automobiles allemands Volkswagen, Daimler et BMW doivent affronter les informations données par la presse concernant des tests d'émissions de gaz diesel effectués sur des singes, mais aussi sur des humains.

    29 Janvier 2018
  • En finir avec l'expérimentation animale

    Protection12 millions d’animaux sont sacrifiés chaque année en Europe pour faire avancer la recherche scientifique. C’est 12 millions de trop pour les amoureux des animaux qui entendent bien que la révision de la directive européenne relative à l’expérimentation animale entérine l’abolition pure et simple de cette pratique. Fantasme ou futur possible ? Un dossier à découvrir dans le numéro de septembre de 30 Millions d'amis, actuellement en kiosques.

    05 Septembre 2017
  • Peta dénonce l’expérimentation animale financée par le Téléthon

    ProtectionL’association de lutte contre la souffrance animale dénonce le financement par l’AFM-Téléthon d’expériences «cruelles et inefficaces» sur des chiens malades dans un laboratoire français, vidéo à l’appui.

    01 Décembre 2016
  • Parc animalier d'Auvergne : disparition mystérieuse d'un panda roux

    ProtectionUn panda roux femelle a disparu dimanche soir de son enclos au parc animalier d'Auvergne à Ardes-sur-Couze, dans le Cézallier (Puy-de-Dôme), a-t-on appris auprès du parc.

    05 Mars 2019
  • Art et maltraitance animale : des œuvres retirées d’une exposition

    ProtectionFace à la mobilisation des associations de protection animale, le musée Guggenheim de New York a retiré trois œuvres d’artistes chinois impliquant des animaux vivants, chiens, cochons, reptiles et insectes. Une décision rare dans le monde de l’art, qui compte plusieurs polémiques autour de la maltraitance et du droit animal.

    02 Octobre 2017
  • Caddies et collectes

    ProtectionA l’image de ce qui se fait pour les Restos du cœur, les refuges profitent des opérations «Caddies» organisés par les magasins d’alimentation. Cela remplit les gamelles des animaux, le cœur des clients et les caisses du magasin.

    01 Mai 2019
  • Delphinarium : interdiction de la reproduction en captivité confirmée

    ProtectionLe Conseil d'Etat a confirmé l'interdiction de la reproduction des dauphins et des orques en captivité, une disposition d'un arrêté interministériel de mai contesté par trois parcs marins, dont le Marineland d'Antibes.

    02 Août 2017
  • Un manifeste pour exhorter les politiques à s’engager pour les animaux

    ProtectionDans la perspective des échéances électorales de 2017, 26 organisations de protection animale se sont rassemblées au sein du Collectif AnimalPolitique, mutualisant ainsi et de manière totalement inédite dans leur histoire, leurs expertises et leurs expériences. L’objectif est clair: contribuer, à travers 30 propositions concrètes, réalistes et immédiatement applicables, à imposer la question animale au cœur des préoccupations des politiques français.

    23 Novembre 2016
  • Vidéosurveillance dans les abattoirs : elle sera obligatoire en 2018

    ProtectionL’Assemblée nationale a voté jeudi soir l’obligation d’installer des caméras de vidéosurveillance dans les abattoirs à partir du 1er janvier 2018. Une première en Europe.

    13 Janvier 2017
  • Le Royaume-Uni rejette une loi de l’UE sur le droit animal

    ProtectionLe Parlement britannique prépare son Brexit et revoit l’ensemble des lois européennes : parmi elles, il a rejeté un texte du traité de Lisbonne qui reconnaît la souffrance et les émotions des animaux.

    23 Novembre 2017
  • Le zoo de Chester diffuse de rares images de pangolins géants

    ProtectionLe zoo de Chester (nord-ouest de l'Angleterre) a publié mercredi de rares images montrant des pangolins géants, l'espèce la plus touchée par le commerce illégal d'animaux dans le monde.

    14 Février 2019
  • Le cirque, c’est l’enfer !

    ProtectionSolitude, incarcération, stéréotypies, douleurs physiques… En coulisses, les animaux de ménagerie ne mènent pas une vie de pacha.

    30 Octobre 2018
  • Les ours exploités dans des fermes à bile bientôt libérés au Viêtnam

    ProtectionLe Viêtnam est en passe de mettre fin définitivement au commerce illégal de la bile d’ours, entraînant la souffrance et la mort de milliers d’animaux. Les ours encore présents dans « des fermes à bile » devraient être libérés et placés dans des refuges spécifiques grâce à l’action et au financement d’ONG comme Animals Asia.

    24 Juillet 2017
  • Juments : le scandale des « fermes à sang »

    ProtectionL’association Welfarm dénonce l’existence de fermes, en Argentine et en Uruguay, dans lesquelles des juments sont élevées dans l’unique but d’extraire de leur sang une hormone utilisée dans des élevages d’animaux, en Europe et en France.

    10 Octobre 2017
  • Entre débrouille et récupération

    ProtectionOn dit que la France est le pays du système D. D comme débrouille. La réputation n’est pas usurpée quand on plonge au cœur des refuges qui doivent compter sur leur imagination pour trouver l’argent nécessaire à leur survie…

    01 Mai 2019
  • Chanee, 20 ans de combat pour sauver les gibbons

    ProtectionDepuis l’âge de 16 ans, Aurélien Brulé, dit Chanee, a consacré sa vie à la sauvegarde du gibbon en Indonésie. Il revient sur son parcours après avoir créé son association, Kalaweit, il y a 20 ans.

    23 Octobre 2018