Le chien, le meilleur ami de la femme


  • Le chien, le meilleur ami de la femmePhoto : Alexandre Isard
  • Vivre ensemble

    Dans son livre Blouse blanche et poils de chiens, Valérie Fromantin, infirmière à l’institut Curie et docteur en sciences, retrace l’incroyable parcours qui l’a amenée à développer le projet « KDog » permettant de détecter précocement le cancer du sein grâce à l’odorat des chiens. Rencontre.

     

    30 MA : Pourquoi avez-vous eu envie de partager votre histoire à travers ce livre ?

    Isabelle Fromantin : J’ai hésité au départ car le travail de KDog est loin d’être terminé. Mais c’est justement parce que la lenteur de la recherche n’est pas toujours bien comprise du grand public qu’il m’a semblé important de faire part de nos recherches au plus grand nombre et d’expliquer pourquoi nous avons encore besoin de soutien. Et puis cela correspond justement à la philosophie du projet, ouvert et citoyen. C’était aussi une façon de remercier tous ceux qui participent à ce projet.

     

    30 MA : Justement, qui sont les personnes qui constituent l’équipe réunie autour de KDog ?

    I.F. : Nous travaillons avec deux cynologues, Didier et Laurent, qui assurent la formation de nos chiens ; Caroline Gilbert, une vétérinaire éthologue, qui va être rejointe par une étudiante en thèse ; la société Seris, qui apporte son expertise cynophile ; l’équipe de l’institut Curie, composée d’infirmiers et de médecins ; des chercheurs de l’ESPCI (école supérieure de physique et de chimie industrielles de Paris) et de Chimie ParisTech, et puis une équipe d’une dizaine de bénévoles très actifs et engagés.

     

    30 MA : Comment fonctionne la méthode développée par KDog ?

    I.F. : Il s’agit d’une méthode de dépistage du cancer du sein par l’odorologie canine, jusqu'à présent surtout utilisée dans la détection de drogues ou d’explosifs. Le nom de ce projet vient de la lettre  « K » par laquelle nous désignons le cancer dans nos dossiers académiques. En pratique, la technique consiste à placer une compresse épaisse, un substrat, sur le sein d’une patiente pendant toute une nuit. Le substrat est ensuite envoyé à un chien spécialement formé qui, grâce à ses capacités olfactives, va pouvoir déterminer s’il y a un cancer ou non. Il n’y a donc pas de contact direct entre les patientes et les chiens.

     

    30 MA : Le chien fait-il mieux aujourd’hui que nos appareils électroniques ?

    I.F. : À l’heure actuelle, oui, même s’il existe des machines, que l’on appelle des nez électroniques, qui sont en cours de développement, notamment dans le domaine de l’environnement (pour tester la qualité de l’air). Mais pour le moment, seul le chien arrive à distinguer différentes combinaisons de molécules odorantes, et ce malgré différentes variations liées à l’odeur de chaque personne. Je pense qu’un jour, le nez électronique parviendra à réaliser ces prouesses, mais en attendant, nous pensons que ça vaut le coup de développer cette méthode avec les chiens. Elle est efficace et peu coûteuse, ce qui présente l’énorme avantage de la rendre adaptable aux pays qui ont peu de moyens.

     

    30 MA : KDog a été en partie financé par de nombreux dons. Le projet parvient-il à mobiliser ?

    I.F. : KDog a en effet connu un bel engouement sur notre plateforme de financement participatif, ce qui a été extrêmement encourageant pour nous. Le cancer est malheureusement un sujet qui concerne tout un chacun, ce qui a permis de sensibiliser les gens à ce projet. D’autre part, nous avons reçu de nombreux témoignages émouvants de personnes malades ayant reçu un grand soutien de la part de leur animal. Ce n’est pas quelque chose de vérifié scientifiquement, mais que je peux tout à fait comprendre. J’ai un chat qui est têtu comme une bourrique, mais quelquefois il m’épate par la pertinence de son comportement… Je pense que quand on a un animal, on ne s’étonne pas d’être étonné !

    Milou et Nykios. DR

    30 MA : L’intervention de chiens dans la détection du cancer a-t-elle eu du mal à convaincre d’un point de vue scientifique ?

    I.F. : Oui, même si aujourd’hui ça va un peu mieux de ce côté-là. Je pense que les réticences qui ont pu persister autour de KDog s’expliquent par le côté inattendu de ce projet. Dans la recherche, on est en attente d’innovation. On s’attend à des prouesses techniques ou électroniques, et pas forcément au concours d’êtres à poils et à quatre pattes, connus depuis des millénaires…

     

    30 MA : Est-ce que ce projet peut aussi faire changer les regards sur la collaboration entre la science et l’animal ?

    I.F. : Je l’espère ! Au début du projet, nous avons reçu des critiques concernant notre travail avec les chiens car effectivement, la combinaison science et animaux peut faire peur. Je précise qu’il n’y a aucune expérience réalisée sur nos chiens. Ils sont suivis de près par des vétérinaires et ils sont plutôt archi chouchoutés. On nous a aussi reproché de faire « travailler » nos chiens. En réalité, leur entraînement est tourné sous forme de jeux. C’est ce qui fait que ça marche. Nos vétérinaires n’ont de cesse de nous répéter que plus les chiens sont bien dans leurs pattes, plus les résultats seront au rendez-vous.

     

    30 MA : Qui sont les chiens de KDog ?

    I.F. : Au départ, il y avait Thor et Nykios, deux malinois. Thor a quitté le projet, justement parce qu’on sentait qu’il n’avait plus envie. Soit on le contraignait pour obtenir des résultats, ce que l’on n’avait pas envie de faire, soit on prenait la décision d’arrêter parce que cela était devenu contre-productif pour tout le monde. Aujourd’hui, il est aux côtés du cynophile qui a fait son entraînement, et on cherche la bonne personne à qui le confier. Nykios, plus joueur, continue le projet et obtient des résultats très encourageants. Nous sommes aussi en train de former un nouveau chien, Milou, un jeune springer.

     

    30 MA : Où en est le projet KDog aujourd’hui ?

    I.F. : Nous préparons une étude clinique que l’on aimerait idéalement réaliser avant l’été. Parallèlement, nous développons le projet KDog 2 qui devrait nous permettre de nous appuyer sur nos expériences pour faire de la recherche scientifique en chimie analytique, en partenariat avec l’IRCGN, l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale.

     

    30 MA : Est-ce que vous-même avez appris des choses sur les chiens ?

    I.F. : Énormément ! J’ai été étonnée de voir tout ce qu’ils étaient capables d’apprendre. Être en présence de ces chiens me fait beaucoup de bien, ça enlève pas mal de stress lié à mon travail. Je trouve aussi fascinante la manière dont on arrive à étudier leur comportement. Après KDog, j’aimerais beaucoup me former à l’éthologie.

     

    Blouse blanche et poils de chiens, Isabelle Fromantin et Sandra Kollender. Éditions de La Martinière. 19 €


    Autres articles à lire

  • On est mieux ensemble

    Vivre ensembleC’est la conviction des Français, possesseurs ou non d’animaux de compagnie, selon un tout récent sondage réalisé par l’Ifop pour la marque d’aliments Purina. 94% des sondés estiment que les animaux contribuent à améliorer leur santé et participent à leur bien-être.

    08 Juin 2016
  • Université d'été de l'animal 2017 : Christine Rollard

    Vivre ensembleChristine Rollard est enseignante-chercheuse et arachnologue au Muséum national d’histoire naturelle. Elle animera une conférence à l’Université d’été « L’Animal et l’homme », les 25 et 26 août prochains, intitulée « Approche soyeuse sur les capacités des 'aragnes' ». Rencontre.

    06 Juillet 2017
  • Doit-on avoir peur des léchouilles de nos animaux ?

    Vivre ensembleUn américain de 48 ans a dû être amputé des quatre membres après avoir contracté une grave infection suite à une léchouille. Ce cas peut faire l'objet de de nombreuses questions sur les bisous de nos animaux.

    22 Août 2018
  • Les gens qui parlent aux animaux seraient plus intelligents

    Vivre ensembleSelon un spécialiste du comportement, le fait de parler à nos compagnons à quatre pattes et de leur attribuer des caractéristiques humaines serait une preuve de sensibilité et d’intelligence sociale supérieures à la moyenne.

    10 Avril 2017
  • Un séminaire pour débattre du bien-être des animaux de compagnie

    Vivre ensembleCo-organisé par la Société francophone de cynotechnie et l’université de Nanterre, Pet Revolution est un séminaire qui propose de partager les connaissances actuelles sur le bien-être de nos animaux de compagnie. Prévu sur deux jours, dans un amphithéâtre de la faculté, il convie vétérinaires, éthologues, éducateurs canins, chercheurs en sciences humaines et philosophes pour débattre de leur place dans notre société. Antoine Bouvresse, vétérinaire et co-organisateur de cette deuxième édition (avec Thierry Bedossa), nous en dévoile l’esprit et le programme…

    29 Juin 2017
  • Le concept one health, c'est aussi pour eux

    Vivre ensembleCe concept part du principe que la santé humaine est intimement liée à la santé des animaux, à celle de l’environnement, et réciproquement ! L’amélioration des unes passant nécessairement par l’amélioration des autres… Décryptage sur Animaux-online.

    01 Janvier 2016
  • Fêtes de Noël : 10 conseils pour nos animaux de compagnie

    Vivre ensembleNos animaux sont devenus des membres à part entière de nos familles. Nul doute qu’ils vont célébrer les fêtes de fin d’année à nos côtés. Mais attention toutefois, quelques précautions s’imposent pour veiller à leur santé et à leur sécurité. Voici nos conseils.

    18 Décembre 2017
  • Université d'été de l’animal 2017 : Cécile Gilbert-Kawano

    Vivre ensembleCécile Gilbert-Kawano est experte en intelligence émotionnelle et institutrice certifiée Eponaquest, une approche de développement personnel auprès des chevaux. Elle animera des ateliers équestres et participatifs lors de l’Université d’été « L'Animal et l'homme », les 25 et 26 août. Rencontre

    06 Juillet 2017
  • Caroline Gilbert, « Bien-être et bientraitance, quoi de neuf ? »

    Vivre ensemble« Pet Revolution, L’Animal en marche » est un séminaire qui propose de partager les connaissances actuelles sur le bien-être de nos animaux de compagnie. Prévu sur deux jours, dans un amphithéâtre de l’université de Nanterre, il convie vétérinaires, éthologues, éducateurs, chercheurs en sciences humaines et philosophes pour débattre de leur place dans notre société. Le Dr Caroline Gilbert présentera une intervention intitulée « Bien-être et bientraitance, quoi de neuf ? ».

    22 Août 2017
  • Les intervenants de Dog Revolution : Serge Pautot

    Vivre ensembleSerge Pautot est avocat au barreau de Marseille. Le week-end des 1er et 2 octobre, il interviendra dans le cadre du séminaire canin « Dog Revolution » (programme et inscriptions ici) consacré à la place du chien dans notre société. Rencontre…

    23 Septembre 2016
  • Université d’été de l’animal 2017 : un rendez-vous réussi

    Vivre ensembleDu 25 au 27 août s’est déroulée la deuxième édition de l’université d’été de l’animal au château de la Bourbansais, à Combourg, en Bretagne. La journaliste Yolaine de La Bigne, organisatrice de l’événement, dresse le bilan de ce week-end riche en enseignements, mettant à l’honneur l’intelligence encore trop mal connue du monde animal.

    29 Août 2017
  • Les enfants et leur chien : une relation positive pour l’avenir

    Vivre ensembleQuand il s’agit d’acquérir un chien, l’influence des enfants serait décisive dans 20 % des cas !

    01 Septembre 2018
  • 5 conseils pour choisir le prénom de son animal

    Vivre ensembleAprès 2016 année du « M », 2017 est officiellement l’année du « N ». Au-delà du principe bien connu « d’une lettre par année », que faut-il savoir pour bien choisir les noms de nos compagnons ? Voici les conseils de nos spécialistes.

    10 Janvier 2017
  • Kalina Raskin : le vivant pour inspiration

    Vivre ensembleNe vous y trompez pas. Ce sourire malicieux cache une âme engagée qui s’inspire du vivant pour développer une science responsable et durable. Une volonté qui a mené cette ingénieure physico-chimiste et docteure en biologie vers le biomimétisme. Elle exposera cette science à l’université d’été du 24 au 26 août au château de la Bourbansais.

    15 Août 2018
  • Mon animal provoque un accident, suis-je fautif ?

    Vivre ensembleLes procès dans lesquels le litige a été causé par un animal sont de plus en plus fréquents et donnent du fil à retordre aux avocats. Sous la garde de qui l’animal se trouvait-il ? Y a-t-il eu un contact direct ? Est-ce la faute de la victime ?

    04 Août 2019
  • Le chien est le meilleur ami de l’enfant dans la famille

    Vivre ensembleUne étude britannique révèle que les enfants s’entendent mieux avec leur animal de compagnie qu’avec leur propre frère et sœur au sein d’une famille : parmi nos amis à quatre pattes, les chiens se montrent particulièrement bons compagnons pour leur jeune maitre.

    26 Janvier 2017
  • Delphinariums : vers la fin de la captivité ?

    Vivre ensembleDe l’autre côté de l’Atlantique, les défenseurs de la cause animale se mobilisent aussi devant les delphinariums. Tout comme en France, les activistes dénoncent la captivité, les conditions de vie des cétacés dans les parcs et militent pour la fin des delphinariums.

    25 Juillet 2018
  • Les déficients visuels sont-ils formés pour accueillir un chien guide?

    Vivre ensembleLorsqu’on parle des chiens guides, on imagine immédiatement l’importante formation dont ils ont bénéficié pour devenir des anges gardiens hors pair. Mais il faut savoir que les personnes déficientes visuelles sont triées sur le volet et suivent également une formation complète les préparant à accueillir un être vivant dans leur quotidien.

    31 Juillet 2019
  • Animaux de guerre : les projets d’hommage à Paris

    Vivre ensembleSous l’impulsion de l’association Paris Animaux Zoopolis, des projets de plaques commémoratives sont en cours dans différents arrondissements de la capitale. Une statue à la mémoire des chiens de guerre pourrait également voir le jour.

    19 Juin 2018
  • Seniors : la promenade du chien, excellente pour la santé

    Vivre ensembleDes chercheurs britanniques ont montré que les seniors propriétaires de chiens marchent 22 minutes de plus par jour, en moyenne, que ceux qui n’en ont pas. Une étude de plus venant prouver les bienfaits mutuels que s’apportent l’homme et l’animal.

    28 Août 2017