Que peut faire la France pour sauver les grands singes ?


  • Que peut faire la France pour sauver les grands singes ?Photo : Shutterstock
  • Faune sauvage/ Mammifères terrestres

    Cirques, trafics, zones d’accueil : un collectif réuni autour de la primatologue Sabrina Krief interpelle le gouvernement pour que la France protège la population de grands singes, menacée de disparition dans les années à venir.

    Tout un symbole. C’est depuis le Musée de l’Homme, à Paris, qu’un collectif de personnalités a lancé son appel d’urgence pour sauver les grands singes, nos plus proches cousins dans le règne animal. L’actrice Nathalie Baye, la présidente d’honneur du Medef, Laurence Parisot, le conseiller de Paris et conseiller régional Yann Wehrling et le chocolatier et sculpteur Patrick Roger étaient réunis lundi 9 avril autour de la primatologue et professeure au Muséum national d'histoire naturelle Sabrina Krief. Ensemble, ils veulent sensibiliser l’opinion et alerter le gouvernement sur la nécessité d’agir en faveur des grands singes, soumis à des pressions de plus en plus fortes.

    Chimpanzés, gorilles, orangs-outans : les chiffres égrenés par la scientifique sur la situation globale de ces espèces sont effarants : en 50 ans, toutes les populations de grands singes, répartis entre l’Afrique et l’Asie du Sud-Est, ont diminué de 70 %. La principale menace vient de la destruction de leur habitat naturel : les forêts tropicales, leur unique lieu de vie. Or celles-ci disparaissent à un rythme alarmant. On estime que 10 millions d’hectares de forêts tropicales sont détruits chaque année, soit l’équivalent d’un terrain de foot toutes les 30 secondes… La disparition de ces forêts est notamment liée au développement de monocultures industrielles de palmiers à huile, de canne à sucre ou bien encore de thé, détaille Sabrina Krief.

    À la disparition de leur habitat s’ajoute la menace du braconnage. Les primates sont tués pour leur viande, ou bien font l’objet d’un trafic illégal d’animaux vivants, notamment pour alimenter certains parcs zoologiques d’Asie, selon Sabrina Krief. « Près de 4 000 grands singes (dont les deux tiers sont des chimpanzés) seraient victimes chaque année de trafic. »

    Pourquoi les grands singes ?

    Composé d’une scientifique, d’une chef d’entreprise, d’un politique, d’un artiste-artisan et d’une star de cinéma, ce collectif a de quoi étonner et interpeller. C’est le but. « Nous formons un groupe assez rare par la diversité de nos sensibilités et de nos origines », n’a pas manqué de souligner Laurence Parisot, pour qui c’est justement l’alliance de ces compétences et de ces univers qui peut avoir un impact sur l’opinion et sur le gouvernement. Car l’objectif de cet appel est bien d’inciter la France à prendre le leadership sur la sauvegarde des grands singes, avant qu’il ne soit trop tard.

    Mais pourquoi les grands singes en particulier ? Pour une raison éthique, mais pas seulement. Car à travers les grands singes, c’est l’ensemble de la biodiversité qui est concernée, et donc l’homme, indirectement. « Nous partageons avec les grands singes plus de 98 % de notre patrimoine génétique. Ce sont nos plus proches parents, nous faisons partie de la même famille, les hominidés. Si on ne parvient pas à les protéger eux, qu’en sera-t-il des autres animaux ? s’interroge Sabrina Krief. Les grands singes doivent être une porte d’entrée pour élargir notre réflexion aux autres espèces », ajoute-t-elle.

    Car les forêts tropicales, dans lesquelles vivent ces grands singes, abritent aussi 70 % des plantes de la planète et 80 % des insectes. Protéger l’habitat des primates, c’est donc aussi préserver la faune et la flore mondiales. Et les grands singes jouent un rôle essentiel au bon fonctionnement de ces forêts, en tant que « jardiniers ». « Ils maintiennent ainsi l’écosystème des forêts tropicales qui, elles-mêmes, maintiennent l’oxygène sur notre planète. Si les singes disparaissent, la forêt disparaît et on ne peut plus survivre », expliquait à Animaux-Online la primatologue Shelly Masi lors d’un entretien avec Animaux-Online. On estime qu’en ce début du XXIe siècle, jusqu'à 30 % des émissions de CO2 sont imputables à la déforestation et à la dégradation des forêts et tourbières. De plus, une part importante de la population mondiale – 80 % des personnes les plus pauvres de la planète – ont des ressources dépendant directement de ces forêts tropicales.

    Pourquoi la France ?

    « On ne peut pas aujourd’hui prétendre vouloir agir en faveur de la biodiversité et rester indifférent, ou se montrer fataliste face à la tragédie qui s’annonce », estime Laurence Parisot, faisant référence aux grands engagements de la France pour la biodiversité, à commencer par l’accord de Paris sur le climat de 2016.  « La France est un pays influent, membre de l’Union européenne, du G20, et membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU. Nous devons montrer que nous pouvons être au rendez-vous des grands enjeux planétaires de la biodiversité », insiste Yann Wehrling.

    À l’échelle internationale, la France compte également de grandes entreprises dont le champ d’action est directement lié aux zones d’habitat des grands singes. « Les entreprises, nos entreprises, ont un rôle à jouer et une responsabilité particulière, que ce soit dans le domaine de l’exploitation forestière, des constructions routières ou ferroviaires, des forages ou des exploitations minières », affirme Laurence Parisot. Pour la présidente d’honneur du Medef, ces sociétés doivent « s’assurer qu’elles ne sont pas coresponsables des problèmes entraînant la disparition des grands singes, mais peuvent aussi aller plus loin en étant proactives et en s’engageant dans des programmes pour stopper la déforestation ou pour soutenir les populations locales en proposant des solutions économiques alternatives ».

    À l’échelle nationale, la présence de Nicolas Hulot au ministère de la Transition écologique est perçue comme un atout. « Avec notre appel pour sauver les grands singes, nous nous inscrivons dans la consultation citoyenne que le ministre doit lancer sur la condition animale », a rappelé Yann Wehrling, même si cette consultation, effectivement annoncée par Nicolas Hulot, tarde à voir le jour. C’est aussi et surtout Emmanuel Macron, directement, que le collectif veut interpeller. « En temps que président, il peut porter ce sujet lors de ses rencontres avec les chefs d’États ou les dirigeants de grandes entreprises », insiste Laurence Parisot.

    Les principales mesures à mettre en œuvre

    Pour inciter la France à s’engager pour les grands singes, le collectif propose un plan d’action regroupant 10 mesures, que l’on peut retrouver et signer sur le site sauvonslesgrandssinges.org. Parmi les principales propositions se trouve « l’absence d’utilisation déraisonnable des grands singes ». Que ce soit sur les plateaux de télévision ou de cinéma, ou bien encore dans les spectacles, comme les cirques, le collectif demande à ce que notre législation, au niveau de l’État, interdise l’exploitation des grands singes. Autre mesure phare : la mise en place d’une structure d’accueil de la faune sauvage saisie à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, plaque tournante du trafic illégal d’animaux vivants, mais aussi de viande de brousse. Il serait donc utile de pouvoir mieux « évaluer les volumes entrants, renforcer les contrôles douaniers et sanctionner les compagnies aériennes sur lesquelles le transport de viande de grands singes est constaté ».

    En parallèle de ce plan d’action, le « levier fort » que le gouvernement peut actionner pour protéger les grands singes est « celui du symbole » et de la loi. Le collectif veut ainsi proposer au Parlement « l’adoption d’une loi reconnaissant, dans notre droit, aux sept espèces de grands singes* un statut législatif particulier de "personnes non humaines"». La démarche s’inscrit pleinement dans le mouvement actuel en faveur du droit de l’animal, dont le Code de l’animal, porté par la Fondation 30 Millions d’amis, constitue une nouvelle étape fondamentale. « Il ne faut jamais sous-estimer la force de la loi. La France doit être le premier pays à établir une nouvelle législation en faveur des animaux en général et des grands singes en particulier », appelle de ses vœux Laurence Parisot.

    Autre symbole fort, accorder aux grands singes le statut d’espèce du patrimoine mondial de l’humanité, visant à montrer le caractère unique de ces animaux. La France peut être à l’initiative de cette résolution lors des prochaines consultations de l’Unesco en 2019.

    « Les grands singes, en tant que parents proches, représentants de la biodiversité et de l’état de la forêt, peuvent aussi être des indicateurs de nos succès et pas seulement de nos échecs », veut croire Sabrina Krief. Encore faut-il que l’on réagisse, sans tarder.  

     

    * Deux espèces de gorilles et deux espèces d'orangs-outans sont au bord de l'extinction, selon le dernier bilan de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Une troisième espèce a été découverte depuis et compte environ 800 individus. Le chimpanzé et le bonobo sont, eux, considérés en danger d'extinction.


    Autres articles à lire

  • Climat : la moitié des espèces pourrait disparaître d’ici 2080

    Faune sauvageSi rien n’est fait pour inverser la tendance, le réchauffement climatique pourrait menacer jusqu'à 50% des espèces végétales et animales de Madagascar à l'Amazonie, selon une nouvelle étude co-produite par l’ONG WWF.

    14 Mars 2018
  • Aidez-nous à sauver les guépards du Masaï Mara

    Faune sauvageLe magazine 30 Millions d’amis soutient le programme de l’association Cheetah for Ever, dont la mission est de venir en aide aux guépards du Masaï Mara, au Kenya. Retrouvez, dans notre dernier numéro en kiosque, notre article consacré à la situation alarmante de ces animaux, et contribuez à la cagnotte en ligne pour aider l’association.

    22 Septembre 2017
  • Mais où sont passés les hérissons ?

    Faune sauvageQui s’y frotte s’y pique ! Bientôt, en France, il sera de moins en moins possible de s’y frotter tant les menaces qui pèsent sur ce petit insectivore de nos jardins sont grandes. Pour les plus chanceux, le printemps est la période où ils sortent de l'hibernation…

    12 Mai 2019
  • Le diable de Tasmanie : une résistance inespérée

    Faune sauvageL’horizon de l’emblématique diable de Tasmanie est peut-être en train de s’éclaircir. Menacé d’extinction par une forme contagieuse de cancer, ce marsupial montre des signes d’adaptation qui sont autant d’espoirs pour la survie de cette espèce unique.

    29 Mars 2019
  • Un bison sauvage abattu en Allemagne

    Faune sauvageAucun bison sauvage en liberté n’avait été aperçu en Allemagne depuis environ 250 ans. L’un d'eux a pourtant récemment réapparu dans le pays, près de la frontière avec la Pologne, avant d’être abattu sur ordre de la police, craignant pour la population. L’association WWF a porté plainte pour cette atteinte à une espèce protégée.

    22 Septembre 2017
  • L’ourson échappé a été retrouvé sain et sauf

    Faune sauvageL’ourson en difficulté, capturé en Ariège après avoir perdu sa mère mais qui s’était échappé lundi de l’enclos où il était soigné, a été retrouvé mardi et placé 'en lieu sûr' par des agents de l’Office national de la chasse.

    19 Juin 2019
  • La musaraigne-éléphant : un animal original et méconnu

    Faune sauvageLe parc Biotropica, en Normandie, s’est vu confier par le zoo de Rotterdam un couple de musaraignes-éléphants de Peters. Au total, seule une quinzaine d’individus peuvent être observés en Europe. Zoom sur cette espèce aussi intrigante qu’intéressante.

    22 Mai 2019
  • Australie : réintroduction réussie pour le chat marsupial moucheté !

    Faune sauvageCette petite bouille ne ressemble à aucun animal de votre répertoire ? C’est normal, il vient d’Australie ! Alors qu'il a disparu depuis 60 ans, des personnes se sont battues pour le réintroduire, avec succès !

    04 Juin 2019
  • Los Angeles : un selfie avec un jaguar tourne mal

    Faune sauvageUn jaguar ayant attaqué une femme qui avait franchi une barrière pour prendre un selfie avec l'animal ne sera pas euthanasié, a assuré le zoo dans lequel l'incident s'est produit ce week-end.

    12 Mars 2019
  • Bornéo : libération d’un orang-outan albinos rare

    Faune sauvageAprès un sauvetage en 2017, Alba, la seule orang-outan albinos connue, a pu être relâchée fin décembre 2018. Elle est placée sous haute surveillance.

    10 Janvier 2019
  • Trump veut réautoriser d’anciennes pratiques de chasse à l’ours

    Faune sauvageIl sera bientôt possible pour les chasseurs en Alaska d'appâter les ours avec du bacon ou des donuts dans les zones protégées, l'administration Trump souhaitant revenir sur des réglementations adoptées sous Barack Obama.

    23 Mai 2018
  • Il était une fois, l'ours brun...

    Faune sauvageÀ la fois le géant des cavernes et la peluche préférée des enfants, l’ours brun inspire autant la crainte que l’amour. En France, il est même l’objet de toutes les passions et divise une population à propos de sa réintroduction sur une terre qui était la sienne autrefois…

    23 Janvier 2016
  • Simba et Lula évacués du zoo de Mossoul

    Faune sauvageSecourus en février par L’ONG Four Paws, le lion Simba et l’ours Lula, les deux derniers pensionnaires du zoo de Mossoul, ville dévastée par les combats, ont pu être évacués vers la Jordanie.

    12 Avril 2017
  • Quand la technologie vient au secours des rhinocéros

    Faune sauvageTués pour leur corne, les rhinocéros sont la cible d’attaques de plus en plus féroces des braconniers. Si rien n’est fait pour leur protection, ils risquent de disparaître d’ici une dizaine d’années. Pour lutter contre ce phénomène, des dispositifs ultra-performants de surveillance sont mis en place dans les réserves.

    28 Septembre 2017
  • Des noms pour les oursons !

    Faune sauvageA l'issue d'un vote sur Internet, les quatre oursons nés dans les Pyrénées en 2014 et 2015 ont été baptisés.

    11 Octobre 2016
  • Var : un loup au « comportement agressif » abattu près d'un camping

    Faune sauvageUn loup « au comportement agressif » qui rôdait sur un camping à Bormes-les-Mimosas (dans le Var) a été abattu ce jeudi par la gendarmerie, a annoncé la préfecture du Var dans un communiqué.

    14 Février 2019
  • Pourquoi le cerf brame-t-il un peu plus tôt chaque année ?

    Faune sauvageHabituellement, la saison du brame du cerf démarre dans nos forêts à la mi-septembre. Mais depuis quelques années, l’appel du brame commence plus tôt. Eric Dion, gestionnaire du domaine de Saint-Benoît, à Rambouillet, nous explique pourquoi.

    13 Octobre 2018
  • Indonésie : non, les populations d’orangs-outans ne sont pas en hausse

    Faune sauvageContrairement aux récentes déclarations du gouvernement indonésien, les populations d'orangs-outans n'ont pas augmenté, loin s'en faut.

    09 Novembre 2018
  • Lacoste : le célèbre crocodile cède sa place pour la bonne cause

    Faune sauvageLa griffe se joint à l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) pour une opération de sensibilisation et de collecte de fonds afin de sauver des espèces au bord de l’extinction.

    02 Mars 2018
  • Tchad : quatre des six rhinocéros noirs réintroduits en mai sont morts

    Faune sauvageSur les 6 rhinocéros noirs réintroduits en mai dans le parc de Zakouma, dans le sud-est du Tchad où ils avaient disparu il y a près d'un demi-siècle, 4 sont morts six mois plus tard, a annoncé mardi l'ONG African Parks.

    07 Novembre 2018