Justice pour Cookie : le cas de ce chat violenté va-t-il être jugé ?


  • Justice pour Cookie : le cas de ce chat violenté va-t-il être jugé ?Photo : DR
  • Protection/ Maltraitance

    Une association se bat pour que le cas de Cookie, un chat victime d’une double défenestration, soit porté devant le tribunal alors qu’un premier dépôt de plainte a été classé sans suite.

    Cookie revient de loin. Aujourd’hui encore très faible, mais tirée d’affaire, cette chatte de 2 ans a été, à quelques mois d’intervalle, deux fois défenestrée par son propriétaire depuis le quatrième étage d’un appartement de Cenon (Gironde), ce qui représente deux chutes d'une hauteur de 16 mètres. C’est lors de la deuxième défenestration, le 14 novembre dernier, que Cookie a été récupérée par deux voisines et emmenée d’urgence chez un vétérinaire, qui l'a sauvée, avant d’être recueillie par un membre de l’association Bastet.

    Cette association de défense animale a décidé de porter plainte, le 18 novembre 2017, après l’opération vétérinaire qui a sauvé la vie de Cookie. Cependant, un mois plus tard, c’est la douche froide pour l’équipe de Bastet qui reçoit une réponse du parquet de Bordeaux : la plainte est classée sans suite par manque de preuves « suffisantes pour que l’infraction soit constituée, et que des poursuites pénales puissent être engagées ». Loin de se décourager, l’association organise une mobilisation sur les réseaux sociaux et met en ligne une pétition (plus de 140 000 signatures à ce jour) pour demander à ce que le cas de Cookie soit jugé*.

    La convalescence de Cookie - DR

    « Classer notre plainte sans suite signifie qu’il ne s’est rien passé »

    En ce début du mois de mars, le procureur de la République de Bordeaux a accepté de rencontrer l’avocate de l’association présente sur place, à Bordeaux, fait savoir Aline Morisset, en charge de la communication de Bastet. La défense espère désormais pouvoir déposer un recours administratif et réouvrir le dossier de Cookie, enrichi de nouvelles pièces. Il comprend notamment le témoignage des deux voisines qui ont sauvé le chat après sa deuxième défenestration et le rapport du vétérinaire qui a examiné Cookie lors de sa première « chute », le 18 mars 2017. Dans ce rapport, le vétérinaire mentionne que le propriétaire de Cookie était « fortement alcoolisé, peu coopératif et violent dans ses propos », selon un communiqué de Bastet.

    « Les premiers éléments envoyés au tribunal quelques jours seulement après le sauvetage de Cookie ont depuis été complétés par des pièces importantes, notamment l’attestation vétérinaire du mois de mars, qui établit une réitération des faits de cruauté et une suspicion de récidive, détaille Aline Morisset. Au vu des documents dont nous disposons, il n’y a aucune raison de classer l’affaire sans suite. Ce que nous voulons pour Cookie, c’est qu’un jugement soit rendu, et que la personne qui lui a occasionné ces souffrances ait un casier. Classer notre plainte sans suite signifie qu’il ne s’est rien passé, et ça, c’est inacceptable. »

    Le combat de l’association

    Pour sauver Cookie, l’association a dû récolter des fonds. « Nous avons par exemple organisé une tombola pour financer les 300 euros de la dernière opération en date de Cookie. Nous avons également dû embaucher une deuxième avocate correspondante à Bordeaux, engageant pour cela des frais supplémentaires. En tout, pour le moment, nous avons déboursé plus de 1 500 euros pour sauver et défendre Cookie. Cela représente pour nous une somme considérable », confie Aline Morisset.

    Mais le volet financier n’est pas la seule difficulté à laquelle se heurte l’association. « La cause animale est encore difficile à défendre pour de petites associations comme la nôtre. Au-delà des grandes préoccupations, comme la captivité des animaux sauvages dans les cirques ou la cruauté des corridas, qui mobilisent – et c’est tant mieux – l’opinion publique, il est compliqué de défendre des cas particuliers comme celui de Cookie. On voit bien qu’on n’est que très peu entendus dans les commissariats au moment de porter plainte. »

    L’association Bastet veut ainsi faire valoir son combat : « pour que la maltraitance animale soit mieux reconnue dans ce pays qui a pourtant fait des lois pour protéger les animaux que les institutions judiciaires n’appliquent pourtant pas ou trop peu. Il faut que les mentalités changent et que justice soit rendue », écrit-elle dans son communiqué.

    Cookie reprend peu à peu confiance en l’homme

    Cookie aujourd'hui reste faible mais se remet peu à peu de ses blessures – DR

    Cookie se trouve actuellement auprès de Sophie, la bénévole de l’association Bastet qui a recueilli l’animal, lui évitant l’euthanasie. La chatte a subi une nouvelle opération le 16 février, pour lui enlever une dent qui lui perforait le palais. « Elle se remet très doucement. Elle ne pèse toujours que 2,5 kg au lieu des 4 kg qu’un chat de son âge devrait peser. Petit à petit, elle marche de nouveau le soir, en boitant, et elle joue quelquefois. Mais surtout, elle reprend peu à peu confiance en l’humain et commence à s’habituer aux caresses », se réjouit Aline Morisset.

    Malgré les difficultés, l’association Bastet compte bien poursuivre son engagement : à force de défendre des cas de maltraitance animale, elle souhaite prochainement mettre en ligne un site internet éducatif à destination des enfants, afin de travailler sur la prévention et éviter, le plus possible, que d’autres affaires Cookie n’émergent.

     

    * L’article 521-1 du Code pénal condamne les actes de cruauté envers les animaux domestiques.  En cas de sévices graves reconnus, la loi prévoit deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende.


    Autres articles à lire

  • Delphinarium : la fin de la reproduction en captivité au cœur du débat

    ProtectionLe Marineland d’Antibes demande la réécriture de l’arrêté, interdisant notamment la reproduction en captivité des dauphins, au nom du bien-être animal. L’argument passe mal auprès des associations de défense des animaux qui demandent la mise en place de programmes de réhabilitation à la vie sauvage pour les cétacés en captivité.

    13 Juillet 2017
  • Un café à chats fermé à Tokyo pour maltraitance

    ProtectionUn bar à chats de Tokyo a été fermé pour cause de maltraitance suite à une perquisition. Les chats s'y étaient multipliés et les conditions d'hygiène n'étaient pas respectées.

    22 Avril 2016
  • Meurtre du chat Chevelu : le ras-le-bol des défenseurs des animaux

    ProtectionLe responsable de la mort du chat Chevelu, massacré en mai dernier dans le centre de Draguignan, a été condamné à 6 mois de prison ferme. Pour le Parti animaliste, la forte mobilisation citoyenne autour de ce meurtre exprime un vrai ras-le-bol des défenseurs des animaux qui demandent à ce que des mesures soient mises en place pour mieux prévenir les cas de barbarie et répondre aux problématiques des animaux errants.

    19 Septembre 2017
  • Défense de l’animal lance une campagne choc contre la maltraitance

    ProtectionLa confédération nationale Défense de l’animal veut faire entendre sa voix – et celle de ses 270 associations membres – pour l'aggravation de la sanction pénale, l'amélioration de la condition de l'animal victime et le suivi de la peine d’interdiction de détenir un animal. Affiches chocs, pétitions, vidéos… la nouvelle campagne est lancée.

    20 Novembre 2019
  • Cruauté envers les animaux : la SPA part en campagne

    ProtectionAbattage sans étourdissement, expérimentation animale, corrida… La torture, c'est légal ? interroge et interpelle la Société protectrice des animaux à travers une nouvelle campagne d'affichage sur les réseaux sociaux pour faire réagir les politiques français.

    18 Avril 2016
  • Disparition du chat Cookie, victime d’une double défenestration

    ProtectionLe chat, jeté à deux reprises d’un immeuble par son ancien propriétaire, est finalement décédé, nous apprend l’association qui l’avait recueilli et soigné. Elle se bat pour que le cas de Cookie soit porté devant un tribunal.

    18 Mai 2018
  • Les JO propres avec les chevaux

    ProtectionDeux cavaliers ont été disqualifiés pour brutalité, une autre a renoncé pour préserver son cheval malade… Ces JO seraient-ils ceux de la morale pour les chevaux ?

    16 Août 2016
  • Le zoo-refuge de La Tanière veut sauver les ours Bony et Glasha

    ProtectionAprès avoir sauvé in extrémis l’ours Mischa, le zoo-refuge de La Tanière (28) demande au Préfet du Loir-et-Cher l’autorisation de pouvoir prendre en charge les deux ours restés chez les Poliakov, Bony et Glasha, victimes de « maltraitance passive ».

    30 Octobre 2019
  • Le zoo-refuge de La Tanière au secours de l’ours Mischa

    ProtectionAprès la diffusion de vidéos de l’ours Mischa – utilisé dans des spectacles par la famille Poliakov – la ministre de la Transition écologique a interdit ses représentations. Au vu de son état de santé, très inquiétant, il a été placé d’urgence au zoo-refuge de La Tanière (28).

    16 Septembre 2019
  • Des animaux suppliciés découverts dans un logement marseillais

    ProtectionPlusieurs chats et chiens, ainsi qu’un hérisson, ont été retrouvés en mauvais état. Des cadavres de chiens, congelés puis incinérés, ont également été découverts par la police.

    24 Juillet 2018
  • Vidéo L214 : enquête pour actes de cruauté sur des veaux

    ProtectionUn homme a été placé en garde à vue dans l'ouest de la France, soupçonné de cruauté envers des veaux en transit battus à coups de pied et de bâton, suite aux images enregistrées par l’association L214.

    03 Mai 2019
  • Affaire du chien brûlé vif : 18 mois d'emprisonnement requis

    ProtectionA Chalon-sur-Saône, une femme vient d’être condamnée à 18 mois de prison, dont 9 avec sursis, pour avoir brûlé à l’essence le berger allemand de son compagnon. Ce dernier avait succombé à ses blessures quelques jours plus tard.

    04 Septembre 2018
  • Marcus, Titus, Lili.. maltraités, les chevaux reprennent goût à la vie

    ProtectionLe poil terne, le dos creux, les chevaux aveugles Marcus et Titus mais aussi le vieil âne Oliver et la ponette Lili, victimes de mauvais traitements, reprennent peu à peu goût à la vie au Grand Refuge pour équidés de la SPA en Normandie.

    25 Mars 2019
  • Athéna, la martyre, n’est plus

    ProtectionSept mois après son sauvetage, la dogue de Bordeaux retrouvée enterrée vivante en août est décédée d'un cancer. Retour sur les faits.

    23 Février 2016
  • Les signalements de maltraitance animale sont en augmentation

    ProtectionEn 2017, la SPA a enregistré 8 937 signalements de maltraitance animale, surtout des chiens et des chats, soit 36 % de plus qu'en 2016, a-t-elle annoncé dans un communiqué.

    14 Février 2018
  • Bien-être animal : un colloque pour convaincre

    ProtectionL’Assemblée nationale conviait le 7 novembre médias et acteurs du secteur de l’animal pour un colloque autour du bien-être animal et humain. La question étant de progresser sur cette notion qui lie étroitement l’homme et l’animal…

    08 Novembre 2018
  • L'ours Mischa est mort dans le refuge qui l'avait accueilli

    ProtectionL'ours Mischa, très malade et placé en septembre dans le zoo-refuge La Tanière (28) après l'intervention d'Elisabeth Borne qui avait interdit ses représentations dans des spectacles, est mort le 12 novembre. Des examens ont révélé de nombreuses tumeurs dans tout son corps et, trop faible, il ne s'est pas réveillé de l'anesthésie...

    13 Novembre 2019
  • Cinquante ans de prison pour tortures sur des animaux

    ProtectionLe procureur de Houston, au Texas (aux Etats-Unis), a condamné à une réclusion de 50 ans Brent Justice qui a produit et diffusé sur son site des vidéos d’actes de cruauté envers des animaux.

    18 Février 2016
  • Démantèlement d’un 'championnat' illégal de combats de coqs

    ProtectionQuelque 182 personnes ont été arrêtées en Espagne et près de 300.000 euros en liquide saisis lors d'une opération contre un 'championnat' illégal de combats de coqs, a annoncé lundi la police.

    15 Janvier 2019
  • Art et maltraitance animale : des œuvres retirées d’une exposition

    ProtectionFace à la mobilisation des associations de protection animale, le musée Guggenheim de New York a retiré trois œuvres d’artistes chinois impliquant des animaux vivants, chiens, cochons, reptiles et insectes. Une décision rare dans le monde de l’art, qui compte plusieurs polémiques autour de la maltraitance et du droit animal.

    02 Octobre 2017