Y aura-t-il de nouveaux ours dans les Pyrénées en 2018 ?


  • Y aura-t-il de nouveaux ours dans les Pyrénées en 2018 ?Photo : Shutterstock
  • Faune sauvage/ Mammifères terrestres

    Le gouvernement étudierait un programme de renforcement de la population d’ours dans le Béarn, où la situation du plantigrade est critique. Face à l’urgence, les associations espèrent un lâcher d’au moins deux ourses dès cette année.

    C’est le moment ou jamais : pour les associations, 2018 pourrait bien être l’année où de nouveaux ours seront lâchés dans les Pyrénées afin de faire face à la situation critique de ce grand mammifère sur notre territoire. Parmi les signaux favorables, une lettre, adressée par le Premier ministre, Édouard Philippe, à la députée des Hautes-Pyrénées, Jeanine Dubié, lui indiquant que des « réintroductions d'ours en Béarn » sont bien à l'étude au gouvernement (information relayée par le journal La République des Pyrénées).

    Les défenseurs de l’ours espèrent que le gouvernement va franchir le pas dès cette année. Le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, « n’a jamais caché son parti pris en faveur du lâcher d’ours en Béarn, et les déclarations d’intention d’Emmanuel Macron avant son élection vont également dans ce sens », rappelle Sabine Matraire, vice-présidente et coordinatrice ours de l’association Férus. 2018 apparaît comme l’année idéale pour concrétiser ces engagements, car dès 2019, les élections s’enchaînent. À commencer par celles des chambres d’agriculture, en janvier prochain, qui risquent fort de raviver les contestations car « s’opposer à l’ours est un sujet très fédérateur pour les syndicats agricoles », souligne Sabine Matraire. En mai 2019 auront également lieu les élections européennes puis, chaque année jusqu'en 2022, date de la prochaine présidentielle, se succéderont les scrutins (municipaux, départementaux et régionaux). Il sera alors plus difficile d’obtenir un consensus politique autour du renforcement de la population d’ursidés. Une action pourtant nécessaire pour éviter que l’ours ne disparaisse encore une fois de notre territoire. « C’est un peu une course contre la montre », pointe la militante Férus.

    Un sauvetage d’urgence pour les ours du Béarn

    De fortes menaces pèsent en effet sur la viabilité de la population de plantigrades sur notre territoire. On compte deux noyaux d’ours en France, l’un dans les Pyrénées centrales, où vivent 27 individus, et l’autre dans la région du Béarn, dans les Pyrénées occidentales, où l’on compte seulement deux ours mâles, Néré, 20 ans, et son fils Cannellito, 13 ans. L’urgence est donc de renforcer ce deuxième noyau, considéré comme « virtuellement éteint » puisque, en l’état, il n’y a pas de possibilité de reproduction. « Si on n’introduit pas de femelles, c’est la mort programmée pour la population d’ours dans cette région », prévient Yvon Le Maho, qui a présidé une expertise collective du Muséum national d’histoire naturelle sur l’ours brun dans les Pyrénées. Selon les résultats rendus en 2013, cette étude recommandait, pour les Pyrénées occidentales, un lâcher en plusieurs étapes de 10 femelles et 5 mâles dans un scénario idéal et, au minimum, un lâcher de 4 femelles en même temps. Ces renforcements doivent dans tous les cas être effectués « très rapidement » étant donné «  l’incertitude maximale autour du devenir à court terme de cette population où il n’y a que deux mâles ».

    « L’État aurait fait le choix d’un lâcher de deux femelles seulement dans le Béarn. C’est insuffisant, mais ce serait déjà le début de la restauration du noyau occidental »,  fait valoir Sabine Matraire, tout en soulignant que Férus continuera de demander de nouveaux renforts de la population d’ours dans les Pyrénées occidentales, où il y a urgence, mais également dans les Pyrénées centrales, où la situation est différente mais néanmoins urgente. « Le nombre d’individus fondateurs y est très faible, rappelait à notre magazine le président de l’association Pays de l’Ours-Adet, Alain Reynes, en mai 2017*. Il y a besoin de sang neuf pour éviter les problèmes de consanguinité qui mettent en danger les performances de reproduction. Il suffirait, à l’heure actuelle, d’introduire seulement deux ou trois ours pour rendre la situation viable. Mais plus on attend, plus il faudra en lâcher », prévient-il.

    Pressions européennes et réappropriations locales

    Classé depuis 2009, en France, parmi les espèces en danger critique d’extinction par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), l’ours brun devrait atteindre, selon l’ONG, une population de 250 individus matures pour que l’espèce soit considérée comme hors de danger au niveau national. La France, avec sa trentaine d’ours, est actuellement encore loin du compte. Or, la conservation de l’ours est une obligation européenne depuis 1992 et l’adoption de la directive « Habitat-Faune-Flore ». La Commission européenne a ainsi interrogé le gouvernement d’Édouard Philippe sur la question de l’ours en France. Une procédure d’infraction a déjà été émise contre la France, mise en demeure en 2012 pour « manquement à ses obligations de protection de l’ours brun des Pyrénées ». La Commission européenne exerce ainsi une pression sur notre pays pour qu’il se dote d’une véritable politique de restauration et de conservation des ours dans les Pyrénées.

    La présence de l’ours en France est aussi soutenue localement. Certes, les oppositions sont toujours très vives, mais elles ne seraient pas majoritaires selon Sabine Matraire. « On peut observer une véritable réappropriation de l’ours par les populations locales mais également par les touristes », observe-t-elle. Le bilan de l’opération d’information et de sensibilisation « Paroles d’ours », menée chaque année depuis 2008 par Férus, va dans ce sens. L’association explique dans un communiqué avoir constaté « un excellent accueil sur le terrain [et ce] dès les premiers jours de la 1re édition du programme ». Un succès « jamais démenti depuis. Partout dans les Pyrénées, nous n’avons trouvé que de fortes majorités favorables à l’ours », ajoute Férus. Tous les voyants semblent être au vert pour accueillir de nouveaux ours sur notre territoire.  

     

    * Magazine 30 Millions d’amis numéro 351 - mai 2017.


    Autres articles à lire

  • Le retour fragile du lynx ibérique

    Faune sauvageEn Andalousie, les équipes du centre La Olivilla sont dévouées à la préservation de ce félidé sauvage dont la population était réduite à 90 individus il y a une dizaine d’années. Le photographe Laurent Geslin a suivi le travail des biologistes et «piégé» le bel animal…

    04 Novembre 2017
  • Australie : le rat-kangourou mangeur de truffes risque l'extinction

    Faune sauvageUn marsupial australien amateur de truffes connu sous le sobriquet de 'rat-kangourou' a subi un déclin dramatique de ses populations et risque l'extinction si des mesures urgentes ne sont pas prises, a prévenu jeudi une ONG.

    06 Décembre 2018
  • Nouveau plan ours : un renforcement de la population est prévu

    Faune sauvageL'Etat a arrêté son plan ours pour 2018-2028, destiné à préserver l'ours brun dans les Pyrénées, y compris par l'introduction d'individus selon un texte signé par Nicolas Hulot et rendu public début mai.

    14 Mai 2018
  • Projet « Dulan » : le nouveau défi de l’association Kalaweit

    Faune sauvageLes équipes de l'association Kalaweit, fondée il y a 20 ans par Chanee, viennent de découvrir un petit bijou de biodiversité sur l'île de Bornéo. Seul problème, ces 1 500 hectares de forêts sont encerclés par des compagnies de charbon et d'huile de palme…

    17 Décembre 2018
  • Lacoste : le célèbre crocodile cède sa place pour la bonne cause

    Faune sauvageLa griffe se joint à l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) pour une opération de sensibilisation et de collecte de fonds afin de sauver des espèces au bord de l’extinction.

    02 Mars 2018
  • De rares et superbes photos des léopards des neiges

    Faune sauvageEspèce menacée et difficile à observer, le léopard des neiges se dévoile devant les caméras de l’association Snow Leopard Trust qui œuvre à la préservation du félin.

    12 Janvier 2017
  • Le diable de Tasmanie : une résistance inespérée

    Faune sauvageL’horizon de l’emblématique diable de Tasmanie est peut-être en train de s’éclaircir. Menacé d’extinction par une forme contagieuse de cancer, ce marsupial montre des signes d’adaptation qui sont autant d’espoirs pour la survie de cette espèce unique.

    29 Mars 2019
  • Eléphants : le Botswana prend ses responsabilités

    Faune sauvageLe Botswana a reconnu publiquement la crise actuelle des éléphants. Sa position, courageuse et inédite, a été saluée par le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW). Une bonne nouvelle en cette journée mondiale des animaux.

    04 Octobre 2016
  • Des noms pour les oursons !

    Faune sauvageA l'issue d'un vote sur Internet, les quatre oursons nés dans les Pyrénées en 2014 et 2015 ont été baptisés.

    11 Octobre 2016
  • Zoo de Beauval : un bébé panda attendu début août

    Faune sauvageHuan Huan, la femelle panda du zoo de Beauval, dans le Loir-et-Cher, est en gestation. Il s’agit d’une première en France pour un panda géant. Une bonne nouvelle de plus pour l’espèce qui, grâce aux programmes de conservation, est moins menacée.

    27 Juillet 2017
  • Loup : le quota d'autorisation d'abattage relevé à 51 bêtes

    Faune sauvageLes autorités françaises ont relevé le quota d'autorisations d'abattage de loups de 43 à 51 bêtes pour 2018, après la découverte d'un de ces animaux empoisonnés dans la Drôme, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

    23 Octobre 2018
  • Trump choque en autorisant l'importation de trophées d'éléphants

    Faune sauvageLes États-Unis autorisent à nouveau les chasseurs américains à importer des trophées d'éléphants tués au Zimbabwe et en Zambie, alors que les pachydermes sont toujours classés parmi les espèces les plus menacées au monde.

    17 Novembre 2017
  • Les selfies dangereux pour les animaux sauvages

    Faune sauvageUne ONG lance une alerte concernant la pratique de plus en plus en vogue qui consiste à se prendre en photo avec des animaux sauvages. Car derrière les clichés de vacances se trouve bien souvent la triste réalité de l’exploitation animale.

    05 Octobre 2017
  • Patagonie chilienne : Le lion des montagnes

    Faune sauvageLe puma est le plus grand des félidés, autrement dit le plus grand des petits félins. Traqué par les bergers de Patagonie ou les cow-boys du Far West, cet agile prédateur, rapide et puissant, a appris à se faire discret. Le déclin de sa population en a même fait une espèce rare…

    15 Novembre 2018
  • Bornéo : libération d’un orang-outan albinos rare

    Faune sauvageAprès un sauvetage en 2017, Alba, la seule orang-outan albinos connue, a pu être relâchée fin décembre 2018. Elle est placée sous haute surveillance.

    10 Janvier 2019
  • Simba et Lula évacués du zoo de Mossoul

    Faune sauvageSecourus en février par L’ONG Four Paws, le lion Simba et l’ours Lula, les deux derniers pensionnaires du zoo de Mossoul, ville dévastée par les combats, ont pu être évacués vers la Jordanie.

    12 Avril 2017
  • Une gardienne de zoo tuée par un tigre en Grande-Bretagne

    Faune sauvageUne gardienne de zoo britannique a été tuée par un tigre lundi 29 mai. La police mène l’enquête pour déterminer les causes de cet « accident exceptionnel »

    30 Mai 2017
  • Un zoo anglais organise un jeu de tir à la corde avec des lions

    Faune sauvageLe zoo de Dartmoor a beaucoup fait parler de lui suite à la mise en place d’une activité payante consistant à affronter un lion ou un tigre dans un jeu de tir à la corde. Animaux-Online a recueilli l’avis du zoo de Thoiry sur cette activité qui scandalise le monde de la protection animale.

    04 Mars 2019
  • Le caracal, un chat fantôme

    Faune sauvageFélin méconnu, le caracal, ou lynx du désert, est un grand chat aux moeurs discrètes. Sa situation est atypique : alors qu’il est en danger de disparition en Asie, en Afrique australe, sa patrie de prédilection, il est classé comme nuisible.

    30 Août 2018
  • Le bœuf musqué, un survivant

    Faune sauvageS’il a côtoyé les mammouths et les tigres à dents de sabre, il est aujourd’hui l’un des rares grands mammifères (avec l’ours polaire) à survivre dans les zones glacées de l’Arctique. Mais le réchauffement qui sévit aujourd’hui sur notre planète pourrait avoir raison de sa résistance.

    18 Juillet 2016