Lizzy, heureuse chef de bande


  • Lizzy, heureuse chef de bandePhoto : Eugénie Baccot
  • Vivre ensemble/ Belles Histoires

    Sauvée d’un chenil en Roumanie après une vie d’errance, Lizzy a trouvé, grâce à Ester et à son compagnon, un foyer aimant où elle mène une vie sereine avec d’autres animaux.

    Ester et son compagnon en compagnie de leur trois chiens. Plus âgée, lizzy s'impose face à Atra et Max. Photo : Eugénie Baccot

    Si aujourd’hui la petite Lizzy partage une belle complicité avec sa maîtresse, elle revient de loin. Gravement blessée dans son pays d’origine, elle est l’un des trois chiens roumains qui ont trouvé refuge chez Ester et son compagnon, à Lège-Cap-Ferret, en Gironde.

    Quand Ester a vu Lizzy pour la première fois, c’était sur le forum de Robi, une association de défense des animaux de Bucarest. La Girondine se souvient : « Sur la photo, elle faisait peine à voir. L’une de ses cuisses n’avait plus de poils car une voiture lui avait roulé dessus. Quand j’ai vu son regard triste, je n’ai pas pu l’abandonner à son sort, j’ai décidé de l’adopter. »

    C'est en voyant sa photo alors qu'elle était encore en Roumanie qu'Ester a pris la décision d'adopter Lizzy. Photo : Eugénie Baccot

    Lizzy avait près d’un an lorsqu’elle est arrivée en France en 2014, avec Astra. En Roumanie, elle vivait dans un chenil privé. Mais si son sort était plus enviable que celui de la majorité des chiens errants, généralement recueillis par des établissements publics, pour autant ses conditions de vie n’étaient pas idéales. Ester relate qu’en « Roumanie, les températures peuvent descendre très bas alors que les refuges ne sont pas toujours couverts et qu’ils ont rarement assez d’argent pour assurer une nourriture suffisante et régulière aux animaux. Résultat, poursuit-elle, les chiens sont en constante concurrence, ils s’entretuent pour de la nourriture et de l’eau. » Une situation qui a toujours des répercussions. Ester – qui a deux autres chiens et deux chats – est très vigileante au moment des repas car « il y a encore un risque qu’ils se chamaillent autour de la gamelle ».

    Aujourd’hui, chiens et chats se partagent un petit bout de canapé, mais les premiers temps n’ont pas été de tout repos. Au début de leur cohabitation, Lizzy et Astra – Max, lui, n’est arrivé que l’année d’après –ne se connaissaient pas et se mordaient. Aussi, Ester, sur les conseils de son vétérinaire, a fait appel à un éducateur canin, Erwan Pouhaer : « Au début, elles faisaient quatre fois le tour de la maison avant que je puisse les approcher. On a travaillé sur leurs phobies en les confrontant à des situations et des personnes différentes pour déterminer ce qui les terrorisait. Elles étaient déjà craintives en journée. Mais la nuit, c’était pire, elles hurlaient à la mort. Avec Ester, on a mis des lumières dehors pour les rassurer. Après avoir travaillé leur peur du noir, on s’est attaqués aux bruits qui les effrayaient, qu’on a notamment associés à des moments agréables, comme celui du repas. Il a donc d’abord fallu les déconditionner, puis instaurer des relations de confiance avec l’être humain. »

    Une belle complicité

    Avec ce travail de près d’un an et demi, une jolie complicité s’est installée entre Lizzy et Ester. D’après l’éducateur, « le chien ressent tout ce que l’on fait pour lui et l’amour de sa maîtresse ». A l’issue de ces séances, Lizzy ne quittait plus Ester : « Je peux la confier à mon frère, dit-elle, ou à mon compagnon, mais dès que je suis à la maison, c’est avec moi qu’elle reste. Elle me suit partout, au magasin, chez le coiffeur. Elle adore les balades, et c’est la seule que je peux laisser sans laisse. Je peux également l’emmener en voiture. Ce sont des activités que je ne peux pas faire de la même façon avec Max et Astra. Lizzy est plus sociable, ce qui me fait penser qu’elle a peut-être eu une vie de famille avant le chenil. » Mais Ester n’a aucune information sur le passé de sa chienne. En effet, quand l’association Robi l’a trouvée, elle était dans un piteux état et errait dans les rues de Bucarest. « Malgré ce qu’elle a vécu, confie-t-elle, elle a une grande douceur dans le regard. Elle est vraiment très gentille. »

    Ester et son compagnon avec leurs trois chines, tous adoptés en Roumanie. Photo : Eugénie Baccot

    Max et Astra sont plus farouches ; ils aboient dès qu’ils voient un de leurs congénères ou quand ils évoluent dans l’inconnu, sans pour autant être agressifs. Comme la plupart des chiens de Roumanie, ils sont juste méfiants et craintifs à cause des mauvais traitements infligés par les hommes. Alors, dès qu’un de leurs semblables apparaît, ils se protègent les uns les autres face à celui qu’ils considèrent être un intrus. Et c’est Lizzy, la plus âgée, qui prend les devants. Idem à la maison où la chienne, qui a du caractère, s’impose face à Max et Astra. « C’est un peu la chef de la bande, commente Ester. Elle veut toute l’attention pour elle. Comme elle est gourmande, elle veut manger la première. Mais elle n’aime pas les croquettes. Sans doute un vestige de sa vie en Roumanie, analyse sa maîtresse, où les chiens sont plus habitués à se nourrir de restes que de croquettes. » Depuis des années, en Roumanie, les chiens errants – de 20 000 à 60 000 en 2013, selon les autorités – connaissent un triste sort.

    Des chiens martyrisés

    D’après Andreea Sion, de l’association Robi, c’est dans les années 1980 que le problème a débuté. En cause, la politique urbaine de l’ex-dictateur Nicolae Ceausescu, qui forçait les habitants à quitter leur maison pour emménager dans des appartements, plus petits. Faute de place, ces derniers on commencé à abandonner leurs petits compagnons qui, dans la rue, se sont multipliés. Dans les années 2000, Traian Basescu – le maire de Bucarest à l’époque – a fait capturer et tuer la plupart des chiens errants. Mais dès 2010, leur nombre a de nouveau augmenté. La même année, le gouvernement a mis en place une politique de stérilisation, sans régler le problème. Pire, en 2013, la mort d’un enfant a suscité une hystérie meurtrière à leur égard ; l’euthanasie a été autorisée. « Encore aujourd’hui, déplore Ester, les chiens souffrent le martyr. Ils sont attrapés et tués dans des conditions atroces. Ils sont empoisonnés, frappés, assommés. »

    Il a fallu plusieurs mois avec un éducateur avant que Lizzy aprenne à faire confiance et à apprécier le confort . Photo : Eugénie Baccot

    Ne pouvant pas rester indifférente à leur situation, Ester a décidé d’intervenir en s’appuyant sur des associations de protection animale en Roumanie et dans l’Hexagone. Avant son départ pour la France, Lizzy, par exemple, avait été opérée grâce à l’association Robi. Sur place, des particuliers avaient aussi aidé ses nouveaux maîtres pour les formalités administratives, les vaccinations et la micro-puce obligatoires afin d’obtenir un passeport européen et passer la barrière des services vétérinaires des douanes, véritable sésame pour une nouvelle vie.

    En tout, depuis 2014, Ester a sauvé une douzaine de chiens, qui ont tous été adoptés. Grâce à son travail et à celui de Vénus, une association de défense des animaux de Bordeaux, il en arrive régulièrement à l’aéroport de Mérignac, qui échappent à l’enfer qui leur était promis. 


    Autres articles à lire

  • Penguin, la pie qui sauva toute une famille

    Vivre ensembleAprès le grave accident qui la laisse entièrement paralysée, Sam Bloom, une mère de famille australienne, s’enfonce dans une profonde dépression. Jusqu’au jour où, tel un ange gardien, une pie tombée du ciel lui redonne le goût de vivre…

    21 Septembre 2018
  • Des toutous à la plage pour la bonne cause

    Vivre ensembleCunta et Baïné, deux chiennes du Refuge de la côte basque, ont profité d’une sortie à la plage organisée par une clinique vétérinaire de Bidart pour embellir leur quotidien, et encourager les adoptions.

    23 Mai 2017
  • D’Joe et Sarah : l’aventure australienne

    Vivre ensembleC’est en 2002, alors qu’elle arpentait l’Australie à pied et en solitaire, que Sarah Marquis fait la rencontre de D’Joe. Ensemble, ils parcourront 10 000 kilomètres, supportant la faim, la soif et la chaleur. Elle vivra avec lui une aventure hors du commun, prouvant, une fois de plus, que le chien est le meilleur ami de l’homme.

    25 Décembre 2019
  • Le tour de Corse à la rame pour payer un chien d’as

    Vivre ensembleLe tour de Corse en kayak de mer de Clément et Mathieu Schaff leur a permis de récolter plus de 5000 € pour Handi chiens (handichiens.org). Soit près de la moitié du budget nécessaire au financement de la formation d’un guide canin qui s’élève à 13 500 €. Les chiens d’assistance de l’association sont remis à des handicapés pour leur prêter main-forte au quotidien.

    10 Septembre 2015
  • Fort McMurray : des milliers de chiens et chats abandonnés

    Vivre ensemblePlusieurs centaines de milliers d’habitants ont dû quitter leur demeure en laissant parfois derrière eux leurs animaux de compagnie. Livrés à eux-mêmes ou enfermés dans les maisons, certains attendent le retour de leur propriétaire depuis plusieurs jours. Pour les sauver d’une mort certaine, des groupes de bénévoles s'organisent…

    09 Mai 2016
  • Trois phoques gris et deux veaux marins ont repris le chemin du large

    Vivre ensembleBalou, Constance, Mathieu, Rosi et Dominique ont pris la mer durant le week-end de Pâques. Avant d'être relâchés, ces cinq mammifères marins sont passés par le centre de soins de la Ligue de protection des animaux de Calaisis suite à leur naufrage sur une plage du Pas-de-Calais.

    31 Mars 2016
  • Une sculpture en chocolat en hommage au rhinocéros de Thoiry

    Vivre ensembleA l’occasion des fêtes de Pâques, le sculpteur et pâtissier chocolatier Eric Thévenot, ému par la disparition du rhinocéros Vince, abattu en mars dernier au zoo de Thoiry à cause de sa corne, lui rend un bel hommage avec une imposante sculpture à son effigie.

    13 Avril 2017
  • Un Moscovite sauve un chien d’un étang gelé

    Vivre ensembleLe 7 novembre dernier, un chien imprudent s’est retrouvé piégé par la glace sur l’étang Shagovsky, à Kostroma, une ville russe située à 300 km au Nord de Moscou.

    18 Novembre 2016
  • La ferme de tous les espoirs

    Vivre ensembleÀ la ferme de Suzi Handicap Animal, les animaux blessés oublient leur calvaire passé auprès de Stéphanie Lisicki. Cassés par la vie, les accidents ou les hommes, ces éclopés se remettent de leurs blessures à l’âme et au corps.

    02 Mars 2018
  • Duke, le chien devenu maire d’une petite ville des Etats-Unis

    Vivre ensembleIl s’appelle Duke et c’est avec un grand honneur qu’il entame son troisième mandat de maire de la petite ville américaine de Cormorant, dans le Minnesota.

    30 Août 2016
  • Gloria, des Kids United, dans 30 Millions d'amis

    Vivre ensembleElle a ouvert les portes de sa ménagerie personnelle à la rédaction de 30 Millions d'amis.

    28 Novembre 2016
  • Joy, une vie en mer

    Vivre ensembleÀ sept mois, Joy a mis le cap vers l’arc antillais à bord du Namasté aux côtés de Gilles Arnaud, un maître qui a décidé de larguer les amarres de son ancienne vie. Pour cette jeune malinoise, le quotidien, c’est la mer.

    04 Août 2018
  • Euro 2016 : les supporters sous la protection d'une équipe canine

    Vivre ensembleUne équipe cynophile de onze chiens s'entraîne depuis trois mois à détecter des explosifs sur des personnes en mouvement. Cette élite canine est bientôt prête à identifier d'éventuels kamikazes et à sécuriser l'événement sportif. Une première en France.

    23 Mai 2016
  • Parole de chien : s’engager avec son animal

    Vivre ensembleL’association « Parole de chien » est à la recherche de maîtres bénévoles avec leur chien, en région parisienne, pour réaliser des visites et des animations auprès de personnes âgées dans les maisons de retraite.

    14 Mars 2017
  • Des propriétaires retrouvent leur chienne à 400 km de chez eux

    Vivre ensembleUn berger allemand a été retrouvé en Suisse, à 400 km du domicile de ses maîtres situé à Francfort, en Allemagne. L’animal, disparu depuis six mois, a subi des soins intensifs avant de rejoindre ses propriétaires, heureux et soulagés.

    26 Février 2018
  • Yurka ou la vraie vie

    Vivre ensembleChaque année, des milliers d’animaux sont victimes de la cruauté humaine. Certains s’en sortent, d’autres non. Yurka aurait pu faire partie de la seconde catégorie, mais le destin l’a placée sur le chemin d’Elsa Meier, ingénieur géologue de 24 ans reconvertie dans la photographie animalière, et son père Antoine.

    12 Août 2018
  • Vinaigrette, entre chien et loup

    Vivre ensembleAprès avoir été suivie pour des troubles du comportement, elle est arrivée au refuge breton de Coat Fur en 2011. Sur cette terre d’accueil pour les loups, l’hybride partage son quotidien avec une vingtaine d’autres animaux.

    02 Novembre 2017
  • JO : une patineuse sauve un teckel d’un élevage de viande de chien

    Vivre ensembleLa championne canadienne Meagan Duhamel profite de sa présence aux Jeux olympiques en Corée du Sud pour dénoncer l’industrie de la viande de chien : elle incite un maximum de sportifs à suivre son exemple en sauvant et adoptant un chien destiné à être mangé.

    15 Février 2018
  • « Gamelles pleines » : soutenir des maîtres SDF et leurs animaux

    Vivre ensembleL’association Gamelles Pleines réunit dans un calendrier 2018, de superbes photographies en noir et blanc : des portraits de personnes vivant dans la précarité au côté de fidèles compagnons. Les ventes serviront à soutenir les actions en faveur d’une intégration de l’animal à part entière dans l’aide sociale.

    12 Décembre 2017
  • Dico, chien flic à la retraite

    Vivre ensembleGrâce à une incroyable chaîne de solidarité et de bonté, un chien de police âgé et malade a trouvé une famille d’accueil. Chez les Drouart, il va pouvoir couler des jours paisibles entouré d’affection et des soins dont il a besoin.

    15 Août 2017