Le magazine

Article

Vidéo

Adoption

Service

races

Décès d'une orque à Marineland : une plainte déclarée irrecevable

  • 861 vues

  • Décès d'une orque à Marineland : une plainte déclarée irrecevablePhoto : Shutterstock
  • Protection

    La plainte déposée par Sea Shepherd suite au décès d’une orque dans le parc Marineland, en 2015, a été jugée irrecevable par le tribunal, à cause d’un problème de procédure. L’ONG assure poursuivre le combat. 

    Avec AFP.

    Marineland, à Antibes (06), échappe de peu aux accusations de Sea Shepherd. L’ONG a porté plainte contre le parc pour atteinte involontaire à la vie d’un animal tenu en captivité, suite aux inondations meurtrières dans le sud de la France en octobre 2015. Plusieurs animaux de Marineland avaient trouvé la mort dans ces terribles intempéries, dont l’orque Valentin, décédé d'une torsion de l'estomac.

    Pour être certain que l’affaire soit portée devant la justice, l’ONG a choisi de porter plainte contre Marineland dans le cadre d’une procédure par citation directe. Un type d’action qui nécessite que le plaignant verse au tribunal une caution de 3 000 euros. Cette somme permet « de garantir le paiement, le cas échéant, d'une amende civile en cas de procédure abusive », peut-on lire sur le site du gouvernement. C’est à cause d’un retard dans le versement de cette caution que le tribunal correctionnel de Grasse, saisi de l’affaire, a déclaré la plainte de Sea Shepherd « irrecevable ».

    « À quelques heures près » 

    Les 3 000 euros auraient du être déposés par l’association avant le 15 juin 2017, et n’ont été remis que le 16 juin. La consignation a donc été effectuée hors délai, « à quelques heures près » selon Me Sylvain Leroy, l’avocat de l’association. « On est victimes d'une information erronée (du tribunal) qui a des conséquences terribles pour l'association et pour les orques », a-t-il plaidé.

    De son côté, la direction du parc dit regretter également que ce procès n’ait pas lieu, ce qui lui aurait donné l’occasion de se défendre « sur le fond » dans un dossier que Marineland juge vide. « Faux », répond Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd, qui affirme au contraire disposer « d'éléments solides » à l'encontre du parc. 

    Mettre les animaux à l'abri 

    Pour Lamya Essemlali, ce recours en justice a pour but de « mettre les animaux à l'abri de cette épée de Damoclès qui pèse sur eux ». Elle détaille : « Le Marineland est en zone inondable. En cas d'alerte météo, le personnel et les visiteurs sont évacués mais les animaux restent captifs, donc ce qui s'est passé en 2015 se reproduira ». L’ONG reproche également au parc d'avoir pompé les torrents de boue accumulés par la pluie dans les bassins de Marineland et d'avoir rejeté ces substances nuisibles dans la nature et pollué un cours d'eau voisin.

    « Ce qui vient de se passer n'est pas la fin du combat », a déclaré à l’AFP Me Leroy, qui envisage de relancer une action judiciaire. Des propos appuyés par la présidente de l'association : « On va aller jusqu'au bout de la démarche, rien n'est perdu », a-t-elle affirmé. 


    Autres articles à lire

  • Art et maltraitance animale : des œuvres retirées d’une exposition

    02/10/2017

    Face à la mobilisation des associations de protection animale, le musée Guggenheim de New York a retiré trois œuvres d’artistes chinois impliquant des animaux vivants, chiens, cochons, reptiles et insectes. Une décision rare dans le monde de l’art, qui compte plusieurs polémiques autour de la maltraitance et du droit animal.

    Protection
  • La jeunesse s’engage pour la Journée mondiale de la vie sauvage

    03/03/2017

    Une nouvelle génération, sensibilisée à l’urgente nécessité de protéger les animaux contre la criminalité et les problèmes environnementaux, veut faire entendre sa voix et s’engage à l’occasion de la Journée mondiale de la vie sauvage, ce vendredi 3 mars.

    Protection
  • Le commerce d’espèces sauvages sur internet baisse en France

    26/06/2017

    Qu’il s’agisse du commerce d’animaux vivants, comme les perroquets gris du Gabon, ou de la vente de produits « dérivés », comme l’ivoire d’éléphant, l’ONG IFAW a constaté une nette baisse des ventes en ligne de ces « produits » en France.

    Protection
  • Les oies menacées par la chasse après la date officielle de fermeture

    01/02/2017

    Alors que la fermeture officielle de la chasse aux oiseaux de passage et au gibier d’eau est programmée le 31 janvier, la ministre de l’Environnement Ségolène Royal accorde aux chasseurs un délai supplémentaire de dix jours pour tuer les oies sauvages en période de migration au-dessus de la France.

    Protection
  • En Alaska, on peut désormais tuer des ours en hibernation

    11/04/2017

    Donald Trump a signé un projet de loi autorisant notamment la chasse d’oursons et de louveteaux dans leur tanière dans les réserves naturelles d’Alaska, ainsi que la traque des animaux depuis un hélicoptère.

    Protection
  • Rémi Gaillard s'engage contre la fourrure

    17/11/2016

    A peine sorti de son box, où il s'était volontairement enfermé pour faire adopter les animaux du refuge de Montpellier et récolter de l'argent, l'humoriste Rémi Gaillard s'engage auprès de l'association Animalter dans la campagne ''vire ta capuche''. Le but ? Inviter les jeunes à ne pas acheter de vêtements avec de la fourrure…

    Protection
  • Un rassemblement contre les massacres de dauphins au Japon

    24/02/2017

    L’association « C’est assez ! » organise aujourd’hui un rassemblement devant l’ambassade du Japon à Paris pour dénoncer auprès du grand public le massacre annuel de dauphins perpétré dans la baie de Taiji, au Japon.

    Protection
  • Nouveau rassemblement contre le massacre des dauphins à Taiji

    01/09/2017

    Dimanche 3 septembre, à 14 h, les associations C’est assez ! et L214 organisent un rassemblement au Trocadéro, à Paris, pour protester contre le massacre annuel des dauphins dans la baie de Taiji, au large du Japon.

    Protection