Qui décide du sort des animaux ?


  • Qui décide du sort des animaux ?Photo : Shutterstock
  • Faune sauvage/ Mammifères terrestres

    À l’heure où les scientifiques évoquent la sixième extinction de masse des espèces, la protection de la faune sauvage semble plus que jamais une urgence, dépendante de la responsabilité humaine. Mais entre la souveraineté des États et les réglementations internationales, la protection des espèces se révèle complexe à assurer. Reste le rôle des ONG, des scientifiques et de la société civile, déterminant pour la survie de millions d’animaux.

    À l’international, conventions commerciales et recommandations scientifiques

    Il existe des cadres à l’échelle internationale pour contribuer à la préservation des espèces. Le plus contraignant est en fait un accord de nature commerciale entre les États. Il s’agit de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction. Elle est plus connue par son sigle CITES ou encore comme la convention de Washington. Signée en 1973, cette convention a pour but d’empêcher la surexploitation des espèces les plus menacées. La CITES a par exemple interdit, depuis 1989, le commerce international de l'ivoire afin de mettre fin à la réduction critique des populations d’éléphants. Mais de nombreuses dérogations à cette interdiction ont été exploitées par les trafiquants.

    De plus, chaque États signataire – 175 à ce jour, dont la France – reste souverain ; en aucun cas la  CITES ne peut tenir lieu de loi nationale. Les signataires doivent ainsi adopter leur propre législation pour mettre en vigueur les réglementations de la CITES. C’est alors le rôle d’ONG internationales comme l’IFAW (le Fonds international pour la protection des animaux) de travailler auprès des États pour faire des recommandations en faveur des espèces. « Chaque pays vote en fonction de ses propres intérêts. Notre mission est d’établir des recommandations sur des bases scientifiques pour convaincre les pays de soutenir et voter certaines propositions au sein de la CITES », détaille Céline Sissler-Bienvenu, directrice France et Afrique francophone de l’IFAW.

    Shutterstock

    Le rôle le plus important en matière de recommandations internationales pour la préservation des espèces est tenu par l’UICN, l’Union internationale pour la conservation de la nature. Cette organisation a un statut tout à fait à part : ce n’est pas une organisation non gouvernementale, puisque près de 80 États en sont membres. Les recommandations émises pas cet organisme n’ont pas non plus de valeur réglementaire. L’UICN, considéré comme neutre, établit sa légitimé sur un fondement scientifique, permettant un état des lieux des espèces à protéger en priorité en fonction de l’intensité des menaces pesant sur elles. Ce sont ainsi plus de 9 000 spécialistes à travers le monde qui établissent la fameuse liste rouge mondiale des espèces menacées. Celle-ci fait figure de référence mondiale et sert à orienter et éclairer les prises de décisions de différents pays.

    Les États, véritables décideurs de la gestion des espèces sur les territoires

    La question de la préservation des espèces dépend en fait véritablement de chaque État, même si les logiques de biodiversité et d’écosystèmes ne connaissent pas de frontières. Les politiques concernant la protection des espèces sont ainsi très variables d’un pays à l’autre, en dépit des cadres donnés par les quelques grandes instances internationales citées plus haut. L’arrivée au pouvoir de Donald Trump aux États-Unis a par exemple montré à quel point un nouveau gouvernement pouvait remettre en question des mesures de protection des espèces à l’échelle d’un pays : abrogation d’une loi sur la protection d’animaux marins en voie de disparition, ré-autorisation des tirs sur les ours en hibernation en Alaska… les actions menées par l’actuel gouvernement américain ne cessent de soulever les vives critiques des associations de protection animale et des défenseurs environnementaux. 

    Shutterstock

    En ce qui concerne la France, la nouvelle loi pour la reconquête de la biodiversité, promulguée en 2016, a pour but de moderniser et de compléter notre droit de l’environnement. Elle renforce notamment les outils de protection des espèces endémiques en danger, mais est encore loin de régler toutes les questions de biodiversité qui se posent sur notre territoire, comme le montre la question des espèces dites « nuisibles ». Le terme en lui-même a été banni de la nouvelle loi biodiversité, reconnaissant ainsi que le concept de « nuisible » n’a pas de sens biologique, toutes les espèces ayant un rôle à jouer dans les écosystèmes. Cependant, sur le terrain, une liste d’animaux « susceptibles d’occasionner des nuisances » permet toujours aux préfets d’autoriser, département par département, la chasse, tout au long de l’année, de certains animaux comme le renard roux, la belette ou  la corneille noire.

    L’Union européenne, un pouvoir limité

    Plusieurs dossiers sensibles concernant la gestion des espèces soulèvent également la question de la réglementation européenne. L’UE constitue bien souvent un recours pour les associations de défense animale. Le « dossier loups », très sensible en France, est emblématique. Le Canis lupus est une espèce protégée, en Europe, par la directive européenne de 1992 relative à la conservation des habitats naturels. Les loups ne peuvent donc pas être chassés. Les abattages autorisés chaque année en France par arrêtés préfectoraux reposent sur une dérogation prévue par cette directive habitat lorsque les prédations sur les troupeaux sont jugées trop fortes. Mais ces arrêtés outrepassent parfois la réglementation européenne, et seul le suivi attentif des associations permet de rappeler le gouvernement à l’ordre. 

    Shutterstock

    Réintroduction de l’ours, lutte contre le braconnage de l’ortolan… les exemples peuvent se multiplier. Cependant, comme a pu le constater Alain Reynes, président de l’association Pays de l’Ours-Adet, les effets des menaces des sanctions européennes sont limités. « Une procédure pour infraction a déjà été lancée contre la France à l’échelle européenne. Notre pays est mis en demeure depuis 2012, car les mesures prises sur notre territoire sont insuffisantes pour maintenir notre population d’ours. Mais il s’agit de procédures très lentes, et souvent, les instances européennes se montrent très conciliantes avec les pays mis en cause sur ces sujets ».

    La mobilisation citoyenne, nouveau levier pour la protection animale

    Au-delà du cadre législatif, la protection des espèces est aussi une question de société. « En Occident, du moins, où l’on se pose de plus en plus la question de la protection des animaux et de leur bien-être, on note une évolution des mentalités, et une demande de plus en plus forte se développe pour le respect de la vie animale. C’est un sujet que les décideurs politiques ne peuvent plus éviter », analyse Cécile Sissler-Bienvenu.

    Shutterstock

    La publication de l’arrêté, le 6 mai dernier, interdisant la reproduction  des orques et des dauphins en captivité et annonçant la fin programmée des delphinariums, traduit une prise de conscience collective. De même que la demande de moins en moins forte pour les spectacles d’animaux en captivité. Dans un tout autre registre, l’étiquetage des œufs, rendu obligatoire, a permis aux consommateurs d’être informés sur la provenance des produits, et sur les conditions de vie des animaux d'élevage. Cela a entraîné une baisse de la consommation d'œufs de poules élevées en cage, et a incité, par un effet boule de neige, de plus en plus d’enseignes à ne plus proposer ce type d’œufs. « Consom’acteurs », mobilisations citoyennes… des leviers importants existent aussi à l’échelle individuelle pour contribuer à la protection animale, et offrent une vision encourageante pour l’avenir. 


    Autres articles à lire

  • Singes en péril : « chacun peut prendre ses responsabilités »

    Faune sauvageUne étude américaine a montré que 75% des populations de singes dans le monde sont en déclin, en grande partie à cause des activités humaines. Pour la primatologue Shelly Masi, il est encore temps d’enrayer le phénomène, si chacun prend conscience de la menace et change ses habitudes.

    25 Janvier 2017
  • Délocalisation de girafes rares dans le sud-ouest nigérien

    Faune sauvageDes girafes d'une espèce rare vont être déplacées de 600 km, de la région de Kouré, dans le sud-ouest du Niger, où elles sont une attraction touristique, vers la réserve de Gadabédji, ont annoncé mercredi les autorités.

    27 Novembre 2018
  • Un lièvre de Patagonie découvert dans l’Oise

    Faune sauvageUn lièvre de Patagonie a été capturé par les services de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage dans une zone industrielle du Val-d’Oise. Probablement échappé de chez un particulier, il a été remis au zoo de Vincennes.

    13 Juin 2016
  • La gorille Koko est morte

    Faune sauvageLe gorille qui parlait le langage des signes est mort ce jeudi 21 juin à l’âge de 46 ans. Mondialement célèbre, la primate (c'était une femelle) a été élevée par l’éthologue Penny Patterson dont les travaux scientifiques ont suscité la polémique à cause d’une trop grande proximité affective avec Koko.

    21 Juin 2018
  • Aidez-nous à sauver les guépards du Masaï Mara

    Faune sauvageLe magazine 30 Millions d’amis soutient le programme de l’association Cheetah for Ever, dont la mission est de venir en aide aux guépards du Masaï Mara, au Kenya. Retrouvez, dans notre dernier numéro en kiosque, notre article consacré à la situation alarmante de ces animaux, et contribuez à la cagnotte en ligne pour aider l’association.

    22 Septembre 2017
  • Le brame du cerf

    Faune sauvagePartout en France, des sorties sont organisées pour écouter ce chant légendaire. Un rendez-vous nocturne qui permet de découvrir la forêt sous un nouveau jour…

    03 Septembre 2018
  • Montreurs d’ours et de loups : une pratique à combattre

    Faune sauvageLors du colloque qui s’est tenu le 12 novembre à l’Assemblée nationale, intitulé « vers la fin des animaux sauvages dans les spectacles : pourquoi nous devons légiférer », une pratique rare mais malheureusement toujours présente en France a été abordée : les montreurs d’ours et de loups.

    15 Novembre 2018
  • Karamel, l’écureuil amputé, reçoit une prothèse

    Faune sauvageCet écureuil privé de deux pattes après avoir été pris dans un piège peut de nouveau se déplacer grâce à une prothèse conçue sur mesure par des scientifiques de l’université Aydin d'Istanbul, enTurquie.

    09 Avril 2018
  • Le Roi lion : Simba et Nala sont en vérité frère et sœur

    Faune sauvageLe film actuellement au cinéma se veut le plus proche possible de la réalité dans le visuel des animaux et leurs comportements. Mais dans la nature, l’histoire du Roi lion serait tout autre… Julie Platel, éthologue au parc zoologique de Thoiry, nous le montre en nous expliquant le fonctionnement d’un harem.

    29 Août 2019
  • Un emprunt pour sauver le rhinocéros ?

    Faune sauvageUn consortium d’associations travaille actuellement à la mise en place d’un tout nouvel instrument financier afin d’aider à la protection du rhinocéros noir d’Afrique. Si cela fonctionne, ce modèle pourra être appliqué à d’autres espèces en voie de disparition.

    22 Septembre 2019
  • La survie de l'ours brun des Pyrénées menacée

    Faune sauvageLes associations saisissent les tribunaux afin que l’État agisse enfin pour la survie de l’ours dans les Pyrénées dont le sort n’est toujours pas scellé.

    01 Juin 2015
  • Loup : le quota d'autorisation d'abattage relevé à 51 bêtes

    Faune sauvageLes autorités françaises ont relevé le quota d'autorisations d'abattage de loups de 43 à 51 bêtes pour 2018, après la découverte d'un de ces animaux empoisonnés dans la Drôme, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

    23 Octobre 2018
  • Où écouter le brame du cerf ?

    Faune sauvageLa saison du brame va bientôt commencer. En choisissant un massif forestier réputé pour sa diversité en cervidés, vous avez toutes les chances d’assister à ce moment magique. Une paire de jumelles et beaucoup de discrétion sont primordiaux pour ne pas en rater une miette. Suivez le guide…

    24 Août 2016
  • Patagonie chilienne : Le lion des montagnes

    Faune sauvageLe puma est le plus grand des félidés, autrement dit le plus grand des petits félins. Traqué par les bergers de Patagonie ou les cow-boys du Far West, cet agile prédateur, rapide et puissant, a appris à se faire discret. Le déclin de sa population en a même fait une espèce rare…

    15 Novembre 2018
  • Une gardienne de zoo tuée par un tigre en Grande-Bretagne

    Faune sauvageUne gardienne de zoo britannique a été tuée par un tigre lundi 29 mai. La police mène l’enquête pour déterminer les causes de cet « accident exceptionnel »

    30 Mai 2017
  • Biodiversité : le Kilimandjaro dévoile ses secrets

    Faune sauvageServals, antilopes, léopards, singes… Des chercheurs allemands ont placé des caméras un peu partout sur le Kilimandjaro pendant deux semaines afin d’étudier les animaux qui s’y trouvent.

    22 Août 2019
  • Des chiens « ratons laveurs » qui terrorisent l’Angleterre ?

    Faune sauvageDeux chiens viverrins, « raccoon dogs » en anglais, ont récemment secoué les habitants de Clarborough (Angleterre) par leur agressivité après s’être enfuis de leur enclos. Zoom sur cette espèce peu connue et pourtant bien présente en Europe.

    04 Juin 2019
  • Australie : l'ornithorynque au bord de l’extinction

    Faune sauvageLes sécheresses et autres manifestations du réchauffement climatique exercent en Australie une pression de plus en plus forte sur la population d'ornithorynques, au point de les pousser vers l'extinction, avertissent des chercheurs dans une nouvelle étude.

    22 Janvier 2020
  • Eléphants : le Botswana prend ses responsabilités

    Faune sauvageLe Botswana a reconnu publiquement la crise actuelle des éléphants. Sa position, courageuse et inédite, a été saluée par le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW). Une bonne nouvelle en cette journée mondiale des animaux.

    04 Octobre 2016
  • Les coatis, des animaux aussi mignons qu’indésirables

    Faune sauvageLe parc zoologique de Paris a accueilli en avril des coatis. Ces petits mammifères originaires de Guyane ne sont pas là par hasard, et véhiculent un message particulier au public. Alexis Lécu, directeur scientifique du zoo, nous en dit plus sur ces animaux.

    15 Juin 2019