Le magazine

Article

Vidéo

Adoption

Service

races

Juments : le scandale des « fermes à sang »

  • 1090 vues

  • Juments : le scandale des « fermes à sang »Photo : Animal Welfare Foundation
  • Protection

    L’association Welfarm dénonce l’existence de fermes, en Argentine et en Uruguay, dans lesquelles des juments sont élevées dans l’unique but d’extraire de leur sang une hormone utilisée dans des élevages d’animaux, en Europe et en France.

    Mauvais traitements, prélèvements de sang hebdomadaires, avortements à répétition : le sort réservé aux juments présentes dans ce que l’on appelle des « fermes à sang », en Amérique du Sud, fait froid dans le dos. Les femelles y sont élevées dans l’unique but d’extraire de leur sang une hormone, l’eCG (gonadotrophine chorionique équine), utilisée dans des élevages porcins, bovins, caprins ou ovins à travers le monde, et notamment en Europe, pour faciliter les reproductions.

    Une enquête a été menée par deux associations de protection animale – TSB (association suisse) et AWF (Allemagne) – entre mars 2015 et avril 2017 dans cinq fermes en Argentine et en Uruguay. Elle met en avant l’horreur des traitements subis par les juments pour alimenter le commerce lucratif de cette hormone.

    L’eCG est présente dans le sang des juments lors de leur premiers mois de gestation. Importée par des laboratoires pharmaceutiques vétérinaires, elle est utilisée dans de nombreux élevages d’animaux, notamment en Europe et en France, pour déclencher et synchroniser les chaleurs des femelles, faciliter les périodes de reproduction, hors des saisons naturelles, et ainsi augmenter la rentabilité des élevages.

    Jument maltraitée et exploitée dans une "ferme à sang" en Uruguay. Photo : Animal Welfare Foundation 

    Avortées à la main, sans anesthésie

    Mais à quel prix cette hormone est-elle obtenue ? Dans les fermes inspectées par les deux ONG, les juments, affamées, blessées ou malades sont livrées à elles-mêmes. Manipulées avec violence, elles subissent des prélèvements, une à deux fois par semaine, pouvant aller jusqu'à 10 litres de sang, soit l’équivalent de 1,5 litre pour un homme de 80 kilos, précise l’association Welfarm qui a relayé cette enquête en France. L’hormone eCG n’étant présente dans le sang des juments que durant les premiers mois de gestation, les femelles sont régulièrement inséminées, et avortées manuellement, sans anesthésie.

    Nombreuses sont les juments qui succombent à ces maltraitances. Pour les survivantes, après trois au quatre ans passés dans ces fermes, elles terminent leur vie dans un abattoir.

    Une pétition pour renforcer les lois européennes

    « De telles pratiques sont contraires aux lois de protection animale en vigueur en Europe et ne pourraient pas avoir cours sur notre territoire. Il est donc inacceptable que des laboratoires français se fournissent auprès de pays moins regardants en matière de bien-être animal », dénonce Welfarm dans un communiqué. L’association demande au Parlement européen de légiférer pour qu’il soit interdit d’importer l’hormone eCG sur notre continent. Une pétition à ce sujet a déjà été signée par plus de 1,9 million de personnes. Elle est à retrouver sur le site Avaaz.


    Autres articles à lire

  • Une nouvelle vidéo révèle des actes de maltraitance dans un abattoir

    17/02/2017

    L214 dénonce des actes de maltraitance sur des cochons dans l’abattoir de Houdan, dans les Yvelines, et pointe du doigt les limites de la vidéosurveillance et des inspections des services vétérinaires de l’État.

    Protection
  • Les députés ne veulent pas de caméras dans les abattoirs

    14/12/2016

    Trop coûteuse, mettant une pression sur les salariés, la mesure qui proposait de placer des caméras de surveillance dans les abattoirs vient d’être rejetée par les députés réunis en commission.

    Protection
  • Etats généraux de l’alimentation : 5 questions pour les animaux

    20/07/2017

    Les enjeux des Etats généraux de l’alimentation, lancés ce jeudi 20 juillet sont de taille. Mais au-delà des problèmes de crise économique du secteur agricole et de santé publique autour de la qualité de notre alimentation se pose la question de la condition animale : fin de l’élevage intensif, préservation de la biodiversité, changement de modèles de consommation, cohabitation des activités humaines avec la faune sauvage … autant de sujets qui ne doivent pas être oubliés dans les réflexions de ces prochains mois.

    Protection
  • Abattoirs : des « Nuits debout » contre l'exploitation animale

    27/09/2017

    L’association végan « 269 Life Libération Animale », opposée à toute forme d’exploitation animale, a lancé mardi soir un mouvement de protestation en organisant des viellées nocturnes devant près de 80 abattoirs, principalement en France.

    Protection
  • L’industrie de la fourrure soulève une nouvelle fois l’indignation

    13/12/2017

    La Fondation 30 Millions d’Amis ou bien encore Peta ont réagi à la mise en place d’une ligne téléphonique destinée à aider les adeptes de fourrure qui auraient subi des agressions par les militants anti-fourrure. Les animaux sont les véritables victimes de l’utilisation de la fourrure dans la mode, rappellent les associations.

    Protection
  • De nouveau l'horreur dans un abattoir

    04/11/2016

    Cette fois-ci, c'est une vidéo tournée dans l'abattoir de Limoges qui est présentée par l'association de protection animale L214. Un pas de plus semble être franchi dans l'horreur puisque ce sont des vaches gestantes qui sont abattues. Leurs fœtus meurent par asphyxie tandis que leurs mères se débattent.

    Protection
  • Stop aux cages : une pétition pour interdire les poules en batterie

    11/12/2017

    L’animateur de télévision Stéphane Bern présente une nouvelle vidéo choc de L214, tournée dans un élevage de poules en cage, en Bretagne. Une pétition en ligne a été créée pour demander au gouvernement une loi interdisant ce type de pratique, provoquant « d’intolérables souffrances » chez les animaux.

    Protection
  • L’association Stéphane Lamart ouvre son premier refuge

    06/04/2017

    A partir de mai, employés et bénévoles du refuge des Orphelins, en Normandie, seront près à accueillir une cinquantaine de chiens pour leur offrir un meilleur cadre de vie et la perspective d’un nouveau foyer.

    Protection