L’animal en marche : un séminaire sur les animaux de compagnie

Au programme de Pet Revolution : le plaisir de manger pour nos animaux


  • Au programme de Pet Revolution : le plaisir de manger pour nos animauxPhoto : Franck Péron. DR
  • Vivre ensemble

    "Pet Revolution, l'Animal en marche" est un séminaire qui propose de partager les connaissances actuelles sur le bien-être de nos animaux de compagnie. Prévu sur deux jours, dans un amphithéâtre de l’université de Nanterre, il convie vétérinaires, éthologues, éducateurs canins, chercheurs en sciences humaines et philosophes pour débattre de leur place dans notre société. Parmi eux, le Dr Franck Péron animera une intervention intitulée « Le plaisir de bien manger ».

    A l’origine, la nourriture a une fonction purement pratique : l’animal est nourri pour qu’il grandisse et subsiste. Or aujourd’hui, la notion de plaisir est entrée en jeu dans l’alimentation animale : la nourriture proposée doit non seulement permettre un bon développement physique, mais aussi faire plaisir gustativement. 

    Qu’est-ce que le « bien manger » ?

    Bien manger, c’est d’abord évaluer la quantité de nourriture idéale. Pour cela, différents facteurs sont à prendre en compte, comme le poids, la taille, la race ou encore l’âge de l’animal. Le deuxième élément à prendre en compte pour bien manger est la qualité des ingrédients. On ne parle pas ici de prix ou de marque mais bien des apports nutritifs proposés par le produit. Toutefois, d’autres facteurs peuvent être pris en compte pour créer une situation optimale pour l’animal : lui mettre de la nourriture à disposition quand il le souhaite, dans un endroit sécurisant où il n’est pas en compétition avec un autre animal… Il existe également des moyens d’augmenter le plaisir pris par l’animal lorsqu’il mange, par exemple en utilisant des jouets distributeurs de nourriture : la valeur conférée par l’animal à la nourriture augmente avec l’intensité de l’effort pour l’obtenir. Quant à sa prise de parole à Pet Révolution, le Dr Péron précise : « L’intervention ne consistera ni en jugement de la façon dont les gens nourrissent leurs animaux, ni même en une liste de recommandations, mais bien en un état des lieux des connaissances actuelles sur les comportements alimentaires de nos chiens et chats ».

    S’adapter à leurs préférences

    Les animaux aussi ont des préférences ! Outre le fait qu’ils n’aiment pas tous les aliments, ils peuvent en préférer certains à d’autres. « Les animaux ont des préférences sensorielles qui sont différentes selon les espèces, affirme le Dr Péron. Le goût, l’aspect mais aussi la température de la nourriture doivent être pris en compte ». Mais comment savoir ce qu’ils préfèrent ?  « Les animaux ne peuvent pas parler, et il existe donc différents moyens afin de savoir ce qu’ils aiment ou non : les tests de choix (comparaison de plusieurs aliments), le conditionnement opérant (variation de la quantité de travail fournie par l’animal selon la récompense), mais aussi tout simplement en observant les comportements et les préférences alimentaires des animaux dans la nature. » Cependant, il existe aussi des moyens plus pratiques permettant de connaître les préférences de votre animal : s’il aime ce qu’il mange, son pouls peut s’accélérer et il dormira après avoir mangé (lorsque l’animal est repu, il est en situation de bien-être et d’apaisement).  « Une partie plus humoristique de l’intervention se fera avec des animaux ayant appris à communiquer avec leurs propriétaires », ajoute le Dr Péron.

    Le rôle de la nourriture dans la relation maître – animal 

    Bien que la nourriture serve d’abord à répondre aux besoins de l’animal, elle permet aussi de créer une relation particulière entre le maître et l’animal. Cette relation est permise d’abord parce que c’est vous qui lui donnez à manger et il le sait, mais aussi parce que c’est vous qui lui donnez des friandises. Aujourd’hui, de nouvelles gourmandises calquées sur la nourriture que nous consommons (pizza, bière, popcorn) connaissent un fort succès. Cependant, il faut rester vigilant : « L’animal ne perçoit pas ces friandises de la même façon qu’un humain. Là où nous voyons une pizza, lui ne voit qu’un aliment plaisant, car peu diététique et bourré de graisse et d’arômes ». Ces friandises sont alors assez mauvaises pour la santé et n’amusent en réalité que les maîtres : elle sont donc à consommer avec modération. 

    Le Dr Franck Péron interviendra le dimanche 1er octobre dans le cadre du séminaire Pet Revolution, l'Animal en marche. 

    Franck Péron
    Le Dr Péron sort de l’Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort en 2008. Il obtient également un master en psychologie comparée et un doctorat en neurosciences à l’Université Paris-Nanterre. Par la suite, il travaille dans différentes entreprises de l’industrie pharmaceutique puis dans le petfood. Depuis 2014, il est éthologue au sein de l’entreprise Diana Petfood. Par ailleurs, il est diplômé du collège vétérinaire européen en bien-être animal.