L’animal en marche : un séminaire sur les animaux de compagnie

Les intervenants de Dog Revolution : Caroline Gilbert


  • Les intervenants de Dog Revolution : Caroline GilbertPhoto : DR
  • Vivre ensemble

    Caroline Gilbert est vétérinaire, éthologue et maître de conférences à l’école nationale vétérinaire d’Alfort. Le week-end des 1er et 2 octobre, elle interviendra dans le cadre du séminaire canin « Dog Revolution » (programme et inscriptions iciconsacré à la place du chien dans notre société. Rencontre…  

    Vétérinaire et éthologue, Caroline Gilbert est depuis cinq ans maître de conférences en éthologie à l’École nationale vétérinaire d’Alfort (Enva). Elle s’intéresse tout particulièrement au bien-être animal.

    Pourquoi avez-vous choisi cette voie professionnelle ?

    Très tôt, j’ai voulu travailler au contact des animaux. Après mes études vétérinaires, je me suis rendu compte que je n’étais pas faite pour la clinique et notamment pour toute la partie gestion administrative, budgétaire, etc. C’était trop peu stimulant pour moi. Je me suis donc orientée vers un master. Mon domaine de recherche, c’est l’écophysiologie et l’éthologie. Je m’intéresse plus spécifiquement aux adaptations de l’animal à son environnement et ma thèse portait sur les comportements de thermorégulation chez les manchots et les lapins nouveau-nés. Ce qui est intéressant dans l’éthologie, c’est que cette discipline regroupe plein de points de vue et de concepts. On touche à l’écologie, à la neurobiologie, à la physiologie, etc. C’est passionnant – mais c’est aussi un challenge !

    Parlez-nous de votre métier…

    Depuis cinq ans, je suis enseignant-chercheur à l’École nationale vétérinaire d’Alfort (Enva). Je dispense des cours aussi bien en formation initiale qu’en formation continue. Je coordonne notamment, en duo avec une autre enseignante, un diplôme d’école intitulé « comportement du chien : application à la relation homme-chien », qui est destiné aux professionnels désireux d’approfondir leurs connaissances en éthologie appliquée.

    Pour ce qui est de mes recherches (je suis d’ailleurs rattachée au CNRS-Museum national d’histoire naturelle), je continue à travailler sur la thermorégulation sociale et je m’intéresse cette fois-ci aux éléphants de mer. Je développe aussi toute une série d’études autour du bien-être animal : le tempérament chez le chien, l’amélioration du bien-être des chiens dans un contexte de consultation, le vieillissement chez le chien, etc.

    Sur quoi portera votre intervention au séminaire Dog Revolution et quel message souhaitez-vous y faire passer ?

    Nous allons faire une présentation à trois voix avec Thierry Bedossa et Sarah Jeannin. L’idée ? Expliquer le point de vue de trois professionnels différents lorsqu’on reçoit un propriétaire. Thierry exposera celui du vétérinaire, Sarah celui de l’humain et moi celui du chien. Le but est d’harmoniser ces trois points de vue pour résoudre le problème dans sa globalité. Je présenterai aussi les données scientifiques actuelles qui permettent d’expliquer les capacités de perception et de traitement de l’information du chien. Nous produisons une multitude de comportements et nos compagnons à quatre pattes ont la faculté de les analyser et d’en déduire beaucoup de choses. L’intérêt de mettre ces données en avant est d’optimiser la relation homme-chien et le bien-être de l’animal.

    Et vos chiens à vous, qui sont-ils ?

    Nous n’en avons qu’une, Hermione, une staffy de 3 ans. Elle vit avec nous, participe aux activités, joue avec les enfants, etc. Chacun des membres de la famille a d’ailleurs une relation différente avec elle. Jusqu’à présent, j’avais le droit de l’emmener à l’Enva, mais j’ai changé de bâtiment il y a quelque temps et ce n’est plus possible. Je suis déçue de ne plus l’avoir avec moi, d’autant qu’elle a été mon instrument de travail au départ… Elle a d’ailleurs participé à plusieurs études en éthologie !