L’animal en marche : un séminaire sur les animaux de compagnie

Les intervenants de Dog Revolution : Sarah Jeannin


  • Les intervenants de Dog Revolution : Sarah JeanninPhoto : DR
  • Vivre ensemble

    Sarah Jeannin est psychologue clinicienne et future éthologue. Le week-end des 1er et 2 octobre, elle interviendra dans le cadre du séminaire canin « Dog Revolution » (programme et inscriptions iciconsacré à la place du chien dans notre société. Rencontre…  

    Titulaire d’un master en psychologie clinique, Sarah Jeannin, 27 ans, soutiendra sa thèse en éthologie en décembre prochain. Depuis trois ans, elle participe également aux consultations de médecine du comportement au centre hospitalier universitaire vétérinaire d’Alfort (Chuva).

    Pourquoi avez-vous choisi cette voie professionnelle ?

    J’ai longtemps hésité entre archéologue et psychologue. Ma mère étant psychothérapeute et mon père ayant hésité à l’être, j’ai été sensibilisée très jeune à la psychologie humaine. Au cours de ma licence de psychologie, j’ai rencontré Michel Kreutzer, un professeur d’éthologie dont les cours m’ont passionnée. J’ai réalisé en parallèle de mon cursus de psychologie deux stages en éthologie, l’un sur les canaris domestiques au Laboratoire éthologie cognition développement (LECD) de Nanterre, l’autre sur les chiens à l’université du Sussex, en Angleterre. Après avoir obtenu mon master de psychologie clinique, j’ai décroché un contrat doctoral qui m’a permis de mener une thèse sur le thème qui me tenait à cœur : la relation homme/animal. L’avantage de ce sujet multidisciplinaire est qu’il me permet d’aborder l’étude du comportement animal tout en gardant un lien avec la psychologie humaine.

    Parlez-nous de votre métier…

    Mes travaux ont porté plus spécifiquement sur la communication vocale entre l’homme et le chien de compagnie ; j’ai approfondi notamment le parallèle entre le discours adressé aux bébés (« baby-talk ») et celui adressé aux chiens. Je soutiens ma thèse en décembre de cette année.

    En parallèle de mon doctorat, Caroline Gilbert m’a permis d’assister aux consultations de médecine vétérinaire du comportement qu’elle dirige au Chuva, où j’ai rencontré Thierry Bedossa (co-initiateur de Dog Revolution, ndlr). Cette rencontre a été un réel tournant dans ma vie professionnelle. Depuis, je participe aux consultations du Chuva en tant que psychologue afin d’apporter mes connaissances sur l’humain, accompagner et tempérer le discours du vétérinaire selon la personnalité et la sensibilité du propriétaire, instaurer un cadre bienveillant. J’apporte aussi mes compétences en tant que chercheuse en éthologie sur la communication homme/animal.

    Sur quoi portera votre intervention au séminaire Dog Revolution et quel message souhaitez-vous y faire passer ?

    Je vais expliquer ce que peut apporter la psychologie à la médecine vétérinaire du comportement et en quoi la prise en compte des états émotionnels et cognitifs des propriétaires est nécessaire pour améliorer la prise en charge de l’animal. L’idée est aussi d’aider les patients à prendre conscience de leurs représentations et projections sur l’animal, afin d’en sortir et de répondre de manière plus adéquate aux besoins de leur compagnon. L’animal n’est pas un individu isolé, il fait partie d’un système. Pour prendre en charge un chien qui a un comportement gênant, il est indispensable de le considérer dans son environnement physique et relationnel.

    Et vos chiens à vous, qui sont-ils ?

    Je n’ai pas de chien, j’ai vécu plusieurs années aux côtés de la femelle beauceron de mon ami, mais elle nous a quittés il y a quelques mois. En revanche, j’ai toujours vécu avec des chats, comme Pamina que j’ai récupérée à la consultation de médecine du comportement du Chuva il y a plus d’un an, une chatte extrêmement anxieuse, qui avait subi de mauvais traitements, mais qui a fait de merveilleux progrès. Je rêve d’avoir un chien, mais mes conditions de vie sont pour le moment difficilement conciliables avec cette envie. Je profite de ceux de Thierry Bedossa en attendant !