Au programme de Pet Revolution : comportements répétitifs des animaux


  • Au programme de Pet Revolution : comportements répétitifs des animauxPhoto : Emmanuelle Titeux
  • Vivre ensemble

    Vétérinaire, résidente en médecine du comportement au centre hospitalier universitaire vétérinaire d'Alfort (Chuva) de l’École nationale vétérinaire d’Alfort, Emmanuelle Titeux présentera lors du séminaire Pet Revolution, L’Animal en marche, les 30 octobre et 1er septembre prochains, son travail sur les liens entre les comportements répétitifs des animaux et leur mal-être. 

    Marches incessantes, mouvements de la tête, toilettages répétés mais aussi tournis ou mutilations, comme les hommes, les animaux peuvent présenter des comportements répétitifs. Ce phénomène est bien connu chez les animaux de zoo ou de rente, pour lesquels on parle de « stéréotypie ». Cependant, ce phénomène peut aussi être observé chez nos animaux de compagnie. Dans ce cas, on évoque plutôt des troubles compulsifs, voire des troubles obsessionnels compulsifs. Pour le docteur Emmanuelle Titeux, qui animera une conférence à ce sujet lors du séminaire Pet Revolution, L'Animal en Marche, ces comportements ne sont pas une maladie, mais trouveraient plutôt leur origine dans un environnement inadapté à l’animal.

    Stéréotypies et comportements répétitifs

    Toutes les espèces d’animaux peuvent être concernées par ces troubles du comportement, mais ce phénomène n’a jamais été observé, à ce jour, chez des animaux sauvages en liberté. On parlera plutôt de « stéréotypie » pour les animaux sauvages détenus en captivité ou pour les animaux de rente (cochons, chevaux, vaches, etc…), et de comportements compulsifs pour les animaux de compagnie (chiens et chats). Cette classification aurait une origine neurologique différente en fonction des comportements observés. Dans un premier cas, il s’agit de la reproduction, en grande quantité, d’un comportement qui n’a pas de fonction pour l’animal alors que dans le second, il aurait une utilité pour l’animal, mais serait problématique car produit en trop grande quantité, comme chez un chat se toilettant de manière excessive.

    « Quoi qu’il en soit, le résultat est proche et il s’agit toujours de comportements produits en trop grande quantité, consommant une trop grande partie de l’activité des animaux concernés », souligne Emmanuelle Titeux.

    Un indicateur de mal-être et d’un environnement inadapté

    Pour mesurer l’état de « bien-être » d’un animal, les spécialistes disposent de plusieurs outils de mesure physiologiques, comme le taux de cortisol ou la fréquence cardiaque, détaille la scientifique. Mais ces indicateurs ne sont pas les seuls à prendre en compte. Il faut également des outils concernant les comportements exprimés. L’ensemble de ces données permet d’évaluer le bien-être d’un animal, c’est-à-dire l'adéquation de son environnement avec ses besoins éthologiques.

    Or, c’est lorsque les animaux évoluent dans des environnements où ils ne peuvent pas exprimer les comportements propres à leur espèce que les troubles répétitifs apparaissent. « Chaque animal est un individu d’une espèce donnée, avec son  tempérament et donc des besoins éthologiques propres à son espèce et à lui-même, rappelle Emmanuelle Titeux. Dans le cas de nos animaux de compagnie, nous leur imposons de vivre dans un environnement correspondant à nos besoins, mais pas forcément aux leurs : nous contrôlons leur accès à la nourriture, nous leur interdisons certaines explorations pendant la promenade, ou réduisons les contacts qu’ils peuvent avoir les congénères rencontrés, nous décidons des moments et des lieux où ils peuvent éliminer… Tout cela pourrait être à l’origine de l’apparition de comportements répétitifs. »

    Des troubles qui se soignent, mais sans traitement

    Toilettage excessif, attaque d’objets inappropriés, léchage de pattes jusqu'à la mutilation, chasse de mouches imaginaires, mais aussi polyphagie, boulimie ou malpropreté : chez le chat comme chez le chien, l’éventail des comportements répétitifs est très large. Cependant, « si ces troubles sont pris en charge en tant qu’indicateurs de mal-être, on peut supposer que des modifications de l’environnement conduiront à leur disparition. Et ce, sans traitement médical. »

    Emmanuelle Titeux travaille avec beaucoup d’animaux « en échec thérapeutique. Lorsque les propriétaires me les amènent, c’est souvent en dernier recours, après avoir consulté des vétérinaires spécialisés en gastrologie, en nutrition, en dermatologie… L’origine comportementale devrait être prise en compte dès l’apparition des symptômes. »

    Pour approfondir ce sujet et échanger avec Emmanuelle Titeux, rendez-vous le dimanche 1er  octobre au séminaire Pet Revolution, L'Animal en marche.

    Emmanuelle Titeux
    Après quatre années d’études à l’école d’Alfort et un internat en chirurgie de deux ans, le docteur Emmanuelle Titeux a exercé en clientèle généraliste dans une clinique vétérinaire à Versailles. Depuis 2012, elle exerce uniquement en référé, en médecine du comportement, en région parisienne et à l’École nationale vétérinaire d’Alfort (ENVA). Elle est chargée d’enseignement à l’ENVA et dans les universités de Paris-Descartes et de Reims. Elle est co-responsable du diplôme d’école de l’ENVA « le comportement du chien-applications à la relation homme-chien » destiné aux non-vétérinaires. Depuis septembre 2015, elle est résidente du collège européen de médecine du comportement (ECAWBM BM).

    Autres articles à lire

  • L'humain est un livre ouvert pour l'odorat des animaux

    Vivre ensembleNotre peur, notre joie, nos maladies… Ils sentent tout ! Parfois, bien avant que nous n’en ayons nous-mêmes conscience. Plus performant que le nôtre, l’odorat du chien est même devenu aujourd’hui un allié dans la médecine humaine.

    01 Décembre 2019
  • On est mieux ensemble

    Vivre ensembleC’est la conviction des Français, possesseurs ou non d’animaux de compagnie, selon un tout récent sondage réalisé par l’Ifop pour la marque d’aliments Purina. 94% des sondés estiment que les animaux contribuent à améliorer leur santé et participent à leur bien-être.

    08 Juin 2016
  • Doit-on avoir peur des léchouilles de nos animaux ?

    Vivre ensembleUn américain de 48 ans a dû être amputé des quatre membres après avoir contracté une grave infection suite à une léchouille. Ce cas peut faire l'objet de de nombreuses questions sur les bisous de nos animaux.

    22 Août 2018
  • Delphinariums : vers la fin de la captivité ?

    Vivre ensembleDe l’autre côté de l’Atlantique, les défenseurs de la cause animale se mobilisent aussi devant les delphinariums. Tout comme en France, les activistes dénoncent la captivité, les conditions de vie des cétacés dans les parcs et militent pour la fin des delphinariums.

    25 Juillet 2018
  • Les enfants et leur chien : une relation positive pour l’avenir

    Vivre ensembleQuand il s’agit d’acquérir un chien, l’influence des enfants serait décisive dans 20 % des cas !

    01 Septembre 2018
  • Monty, le millième chien guide de l’histoire de l’école de Paris

    Vivre ensembleEn 30 ans, l’École de Paris a formé et remis un millier de chiens guides à des personnes déficientes visuelles. Elle lance à cette occasion un appel aux dons pour poursuivre son action auprès des personnes malvoyantes et continuer de promouvoir la relation entre l’homme et l’animal.

    12 Février 2018
  • Mon animal provoque un accident, suis-je fautif ?

    Vivre ensembleLes procès dans lesquels le litige a été causé par un animal sont de plus en plus fréquents et donnent du fil à retordre aux avocats. Sous la garde de qui l’animal se trouvait-il ? Y a-t-il eu un contact direct ? Est-ce la faute de la victime ?

    04 Août 2019
  • La garde alternée de son chien

    Vivre ensembleManque de temps, de disponibilité… Et pourquoi ne pas adopter un animal à mi-temps? Plus adapté au chien, ce mode de garde nécessite toutefois quelques recommandations.

    06 Novembre 2017
  • Seniors : la promenade du chien, excellente pour la santé

    Vivre ensembleDes chercheurs britanniques ont montré que les seniors propriétaires de chiens marchent 22 minutes de plus par jour, en moyenne, que ceux qui n’en ont pas. Une étude de plus venant prouver les bienfaits mutuels que s’apportent l’homme et l’animal.

    28 Août 2017
  • Comment faciliter le sauvetage de nos animaux lors d’un sinistre ?

    Vivre ensembleIncendies, inondations, alertes au gaz… Certains pays ont mis à disposition des cartes et des autocollants pour informer les services de secours qu’un animal est présent au domicile. En France, le Club Oscar a de son côté développé un kit de sécurité pour nos animaux. Présentation.

    17 Janvier 2019
  • Université d’été de l’animal 2017 : un rendez-vous réussi

    Vivre ensembleDu 25 au 27 août s’est déroulée la deuxième édition de l’université d’été de l’animal au château de la Bourbansais, à Combourg, en Bretagne. La journaliste Yolaine de La Bigne, organisatrice de l’événement, dresse le bilan de ce week-end riche en enseignements, mettant à l’honneur l’intelligence encore trop mal connue du monde animal.

    29 Août 2017
  • Kalina Raskin : le vivant pour inspiration

    Vivre ensembleNe vous y trompez pas. Ce sourire malicieux cache une âme engagée qui s’inspire du vivant pour développer une science responsable et durable. Une volonté qui a mené cette ingénieure physico-chimiste et docteure en biologie vers le biomimétisme. Elle exposera cette science à l’université d’été du 24 au 26 août au château de la Bourbansais.

    15 Août 2018
  • Agatha Liévin Bazin : Des oiseaux plein la tête

    Vivre ensembleA l’occasion de l’université d’été de l’animal, organisée par la journaliste Yolaine de la Bigne du 24 au 26 août 2018 au château de la Bourbansais en Bretagne, Agatha Liévin-Bazin dévoilera tout sur l’intelligence des crânes de piafs… euh des oiseaux ! Rencontre…

    10 Août 2018
  • Au programme de Pet Revolution : les clés pour vivre avec son chat

    Vivre ensemble« Pet Revolution, l’Animal en Marche » est un séminaire qui propose de partager les connaissances actuelles sur le bien-être de nos animaux de compagnie. Prévu sur deux jours, dans un amphithéâtre de l’université de Nanterre, il convie vétérinaires, éthologues, éducateurs, chercheurs en sciences humaines et philosophes pour débattre de leur place dans notre société. Parmi eux, Daniel Filion animera une intervention intitulée « Solutions aux problèmes chez le chat et comment convaincre le propriétaire de les appliquer ».

    26 Juillet 2017
  • Université d'été de l'animal 2017 : Sabrina Krief

    Vivre ensembleSabrina Krief est primatologue et Maître de Conférence au Muséum National d’Histoire Naturelle. Elle animera une conférence à l’université d’été « L’Animal et l’homme », les 25 et 26 août prochains, sur « Les chimpanzés médecins». Rencontre :

    21 Juillet 2017
  • Les gens qui parlent aux animaux seraient plus intelligents

    Vivre ensembleSelon un spécialiste du comportement, le fait de parler à nos compagnons à quatre pattes et de leur attribuer des caractéristiques humaines serait une preuve de sensibilité et d’intelligence sociale supérieures à la moyenne.

    10 Avril 2017
  • Université d'été de l'animal 2017 : Robin Meier

    Vivre ensembleRobin Meier est un artiste plasticien sonore passionné par la musique, l’informatique et les animaux. Avec lui, les ordinateurs parlent aux moustiques, qui leur répondent. Les 25, 26 et 27 août, il exposera son travail dans le cadre de l’Université d’été de l’animal, un séminaire consacré à l’intelligence animale. Rencontre.

    04 Juillet 2017
  • Chien guide : 8 choses à savoir avant de devenir famille d’accueil

    Vivre ensembleJusqu'au 24 septembre, la Fédération française des associations des chiens guides d’aveugles (FFAC) organise une semaine de sensibilisation pour faire mieux connaître la cause des personnes déficientes visuelles accompagnées par des chiens spécialement formés. L’occasion de découvrir la mission essentielle des familles d’accueil pour le chien guide.

    21 Septembre 2017
  • L'ambition d'une vie meilleure ensemble

    Vivre ensembleLancé il y a un an en Europe, le programme Purina in Society a été l’objet d’un premier bilan à Londres, le 23 novembre. Initié par Nestle Purina PetCare Emena, il fixe 10 engagements pour que la société favorise la présence de l’animal auprès de l’homme. Lors de cette réunion, quatre objectifs ont été au cœur des présentations.

    28 Novembre 2017
  • Une 'mare de la discorde' sera comblée, ses grenouilles moins

    Vivre ensembleUne mare de Dordogne aux grenouilles bruyantes, au coeur d'un conflit de voisinage et de sept ans de procédure, devra bel et bien être comblée, comme la justice l'a ordonné, mais sans l'injonction préalable de 'déplacer' les batraciens, que réclamait une association de défense de l'environnement.

    18 Décembre 2019