Le magazine

Article

Vidéo

Adoption

Service

races

Nicolas Hulot veut mettre fin au braconnage de l’ortolan

  • 389 vues

  • Nicolas Hulot veut mettre fin au braconnage de l’ortolanPhoto : Shutterstock
  • Faune sauvage

    Le ministre de la Transition écologique et solidaire a demandé au préfet des Landes de renforcer la lutte contre le braconnage du passereau, encore chassé dans le département malgré les interdictions. La mesure est saluée par la LPO, qui rappelle cependant que les pinsons sont aussi victimes de chasses illégales.

    Officiellement interdite depuis 1999, la chasse à l’ortolan perdure dans le département des Landes, en France. Une irrégularité à laquelle entend mettre fin le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot. Dans un communiqué publié le 8 août, le ministre a déclaré avoir demandé au préfet des Landes de « renforcer toutes les mesures de surveillance, de contrôle et de verbalisation, tant à l’égard des braconniers que des intermédiaires qui se livreraient à un trafic, et de n’accorder, comme l’an dernier, aucune tolérance aux pratiquants. »

    Le Code de l’environnement interdit la chasse de l’oiseau migrateur, classé comme espèce en danger sur la liste rouge de L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Selon l’ONG BirdLife, près de 30 000 bruants ortolans seraient pourtant tués en France, principalement dans les Landes, où la chasse à cet oiseau est revendiquée en tant que « tradition » par certains chasseurs.

    Rappel à l’ordre de l’Union européenne

    À la fin de l’été, entre mi-août et mi-septembre, l’activité de braconnage risque de reprendre, au moment où les ortolans quittent la France pour rejoindre le Proche-Orient et l’Afrique et y passer l’hiver. En cette période, la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) dépêche des équipes dans les Landes pour identifier et poursuivre les braconniers. Avec l’aide des contrôles renforcés de la police de la nature (ONCFS), plusieurs chasseurs ont pu être identifiés, donnant lieu à deux procès devant les tribunaux correctionnels de Dax et de Mont-de-Marsan. 11 chasseurs poursuivis pour la capture d’ortolans et de pinsons, ont été condamnés, fin 2016, à des amendes et à des retraits provisoires de permis de chasse.

    Outre les rappels à l’ordre de la justice française, la Cour de justice de l’Union européenne menace la France de sanctions qui pourraient conduire à une amende de plusieurs dizaines de millions d’euros pour non-respect des dispositions visant à protéger le bruant ortolan, espèce faisant l’objet d’une protection stricte par une directive européenne de 2009.

    Près de 200 000 pinsons également victimes du braconnage

    « La préservation de la biodiversité est essentielle à l’avenir de notre humanité. […] Il ne s’agit pas seulement de ralentir la destruction des écosystèmes et des espèces mais, au-delà, de restaurer la nature, car c’est le socle sur lequel reposent notre culture, notre économie et l’ensemble de notre société. Nous ne réussirons ce défi que si nous commençons par faire respecter les règles que nous nous sommes fixées. La pratique du braconnage des ortolans est illégale, elle doit cesser », a déclaré Nicolas Hulot dans le communiqué.

    La LPO salue ces déclarations mais rappelle cependant que les menaces de braconnage dans les Landes ne pèsent pas uniquement sur les bruants ortolans. Les pinsons du Nord et les pinsons des arbres, espèces protégées depuis 1976, sont également piégés pour être consommés. Près de 200 000 pinsons seraient tués chaque année en France selon les estimations de BirdLife. 


    Autres articles à lire

  • Des noms pour les oursons !

    11/10/2016

    A l'issue d'un vote sur Internet, les quatre oursons nés dans les Pyrénées en 2014 et 2015 ont été baptisés.

    Faune sauvage
  • La girafe rejoint la liste des espèces menacées

    09/12/2016

    Le plus grand animal terrestre, longtemps considéré comme peu en danger, est désormais un animal vulnérable qu’il devient urgent de protéger. En 30 ans, 40% des girafes dans le monde ont disparu.

    Faune sauvage
  • Observez les phoques moines grâce à Youtube

    18/07/2017

    Cette espèce très menacée et difficile à observer, est désormais placée sous la surveillance de caméras installées sur une plage d’Hawaï. Ce dispositif, relayé sur Youtube, permet à la fois de contribuer à la protection de l’animal et de découvrir ces mammifères.

    Faune sauvage
  • « Stop aux tirs des loups »

    19/06/2017

    Alors que le nouveau gouvernement prévoit d’abattre jusqu'à 40 loups en France de juillet 2017 à juin 2018, Cap Loup et plusieurs personnalités se mobilisent pour demander une révision complète de la gestion de cette espèce sur notre territoire.

    Faune sauvage
  • Zoo de Beauval : un bébé panda attendu début août

    27/07/2017

    Huan Huan, la femelle panda du zoo de Beauval, dans le Loir-et-Cher, est en gestation. Il s’agit d’une première en France pour un panda géant. Une bonne nouvelle de plus pour l’espèce qui, grâce aux programmes de conservation, est moins menacée.

    Faune sauvage
  • S’engager pour protéger les guépards de l’extinction

    03/01/2017

    Selon une récente étude britannique, le guépard est devenu une espèce en danger. Consciente de cette menace, l’association Cheetah For Ever a mis en place dès 2015 un programme de surveillance pour limiter la mortalité des guépardeaux et protéger le félin.

    Faune sauvage
  • La préservation des abeilles, un enjeu pour l’avenir

    22/06/2017

    La huitième édition des ApiDays débute ce jeudi 22 juin : pendant trois jours, des manifestations sont organisées partout en France, gratuitement, pour sensibiliser le grand public à l’inquiétant déclin de la population des abeilles, pourtant essentielles à l’équilibre de notre biodiversité.

    Faune sauvage
  • Ces images ne sont pas celles que vous croyez

    19/04/2017

    Regardez bien, il ne s’agit pas de trophées de chasse mais de photos célébrant la vie des animaux sauvages : ces visuels chocs et optimistes sont le fruit de la collaboration entre l’Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS) et l’agence de communication Y&R Paris.

    Faune sauvage