Le magazine

Article

Vidéo

Adoption

Service

races

Nicolas Hulot veut mettre fin au braconnage de l’ortolan

  • 688 vues

  • Nicolas Hulot veut mettre fin au braconnage de l’ortolanPhoto : Shutterstock
  • Protection

    Le ministre de la Transition écologique et solidaire a demandé au préfet des Landes de renforcer la lutte contre le braconnage du passereau, encore chassé dans le département malgré les interdictions. La mesure est saluée par la LPO, qui rappelle cependant que les pinsons sont aussi victimes de chasses illégales.

    Officiellement interdite depuis 1999, la chasse à l’ortolan perdure dans le département des Landes, en France. Une irrégularité à laquelle entend mettre fin le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot. Dans un communiqué publié le 8 août, le ministre a déclaré avoir demandé au préfet des Landes de « renforcer toutes les mesures de surveillance, de contrôle et de verbalisation, tant à l’égard des braconniers que des intermédiaires qui se livreraient à un trafic, et de n’accorder, comme l’an dernier, aucune tolérance aux pratiquants. »

    Le Code de l’environnement interdit la chasse de l’oiseau migrateur, classé comme espèce en danger sur la liste rouge de L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Selon l’ONG BirdLife, près de 30 000 bruants ortolans seraient pourtant tués en France, principalement dans les Landes, où la chasse à cet oiseau est revendiquée en tant que « tradition » par certains chasseurs.

    Rappel à l’ordre de l’Union européenne

    À la fin de l’été, entre mi-août et mi-septembre, l’activité de braconnage risque de reprendre, au moment où les ortolans quittent la France pour rejoindre le Proche-Orient et l’Afrique et y passer l’hiver. En cette période, la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) dépêche des équipes dans les Landes pour identifier et poursuivre les braconniers. Avec l’aide des contrôles renforcés de la police de la nature (ONCFS), plusieurs chasseurs ont pu être identifiés, donnant lieu à deux procès devant les tribunaux correctionnels de Dax et de Mont-de-Marsan. 11 chasseurs poursuivis pour la capture d’ortolans et de pinsons, ont été condamnés, fin 2016, à des amendes et à des retraits provisoires de permis de chasse.

    Outre les rappels à l’ordre de la justice française, la Cour de justice de l’Union européenne menace la France de sanctions qui pourraient conduire à une amende de plusieurs dizaines de millions d’euros pour non-respect des dispositions visant à protéger le bruant ortolan, espèce faisant l’objet d’une protection stricte par une directive européenne de 2009.

    Près de 200 000 pinsons également victimes du braconnage

    « La préservation de la biodiversité est essentielle à l’avenir de notre humanité. […] Il ne s’agit pas seulement de ralentir la destruction des écosystèmes et des espèces mais, au-delà, de restaurer la nature, car c’est le socle sur lequel reposent notre culture, notre économie et l’ensemble de notre société. Nous ne réussirons ce défi que si nous commençons par faire respecter les règles que nous nous sommes fixées. La pratique du braconnage des ortolans est illégale, elle doit cesser », a déclaré Nicolas Hulot dans le communiqué.

    La LPO salue ces déclarations mais rappelle cependant que les menaces de braconnage dans les Landes ne pèsent pas uniquement sur les bruants ortolans. Les pinsons du Nord et les pinsons des arbres, espèces protégées depuis 1976, sont également piégés pour être consommés. Près de 200 000 pinsons seraient tués chaque année en France selon les estimations de BirdLife. 


    Autres articles à lire

  • Une image choc pour lutter contre la captivité des cétacés

    02/05/2017

    L’association C’est Assez! organise une campagne d’affichage dans le métro parisien, du 2 au 8 mai, pour sensibiliser le grand public à la souffrance et à la mortalité auxquelles sont confrontés les orques et les dauphins en captivité dans les parcs d’attraction.

    Protection
  • Tirs de loups : les internautes français disent : 'Non !'

    11/03/2016

    5 563 contributeurs ont pris le parti de la préservation du loup en France sur les 6 153 qui se sont exprimés sur le site internet du ministère en charge de l'Écologie concernant la question d'ajouter 6 loups au quota des 36 déjà tués.

    Protection
  • Un lionceau retrouvé dans un appartement en Seine-Saint-Denis

    12/10/2017

    Agé d’environ 3 mois, un bébé lion était enfermé dans un appartement de Seine-Saint-Denis avant d’être secouru mardi par les pompiers. Il a été recueilli par un centre partenaire de la Fondation 30 Millions d’Amis.

    Protection
  • Une marche pour les 163 singes euthanasiés

    29/05/2017

    Une soixantaine de personnes ont tenu à rendre hommage, dimanche, aux macaques de Java euthanasiés dans les Landes pour avoir été, en grande majorité, porteurs d’un virus mortel pour l’homme.

    Protection
  • Fashion Week : des « tags » anti fourrure dans les rues de Paris

    26/09/2017

    Alors que débute la semaine de la mode à Paris, l’association Peta a diffusé, sur les trottoirs de la place de l’Opéra, des messages effaçables condamnant l’utilisation de la fourrure animale dans l’industrie du vêtement.

    Protection
  • L’industrie de la fourrure soulève une nouvelle fois l’indignation

    13/12/2017

    NouveauLa Fondation 30 Millions d’Amis ou bien encore Peta ont réagi à la mise en place d’une ligne téléphonique destinée à aider les adeptes de fourrure qui auraient subi des agressions par les militants anti-fourrure. Les animaux sont les véritables victimes de l’utilisation de la fourrure dans la mode, rappellent les associations.

    Protection
  • Le gouvernement autorise l'abattage de 40 loups pour 2017-2018

    21/07/2017

    Les ministres de l’Ecologie et de l’Agriculture ont annoncé que le nouveau « plan Loup » du gouvernement autorise l’abattage de 40 animaux entre le 1er juillet 2017 et le 30 juin 2018. Une décision dénoncée par les associations de protection du canis lupus qui plaident pour la mise en place d’« une vraie politique de cohabitation entre les activités humaines et les loups ».

    Protection
  • Devenir bénévole pour défendre les ours

    11/05/2017

    L’association Ferus cherche des bénévoles dans les Pyrénées pour informer et sensibiliser les touristes et les habitants sur la présence de l’ours en France, et créer une dynamique en faveur du plantigrade.

    Protection