Le magazine

Article

Vidéo

Adoption

Service

races

Au programme de Pet Revolution : communiquer avec eux sans les mots

  • 1533 vues

  • Au programme de Pet Revolution : communiquer avec eux sans les motsPhoto : Annaïk Fève - DR
  • Vivre ensemble

    Annaïk Fève est neurologue, psychanalyste et docteur en neurosciences. Spécialiste du langage non verbal chez l’homme, elle interviendra lors du séminaire « Pet Revolution, L’Animal en marche » les 30 septembre et 1er octobre prochains pour croiser son expertise avec celle des spécialistes du comportement animal.

    Une attitude, un regard, une intonation, un silence… Tout ce que l’on ne dit pas a un impact sur les autres, y compris sur nos animaux. Pour « Pet Revolution, L’Animal en marche », la neurologue, psychanalyste et docteur en neurosciences Annaïk Fève apportera son éclairage sur ces signaux que nous émettons, sans toujours nous en rendre compte. Décrypter nos modes de communication peut apporter des clés essentielles sur nos interactions avec les animaux.

    Qu’est-ce que le langage non verbal ?

    Le langage non verbal regroupe « tout ce qui permet de se faire comprendre par l’autre sans les mots », explique Annaïk Fève. Cela passe par des postures, des regards, mais peut aussi englober tout ce qui concerne la voix, comme les variations dans la tonalité, le rythme de nos phrases, la ponctuation ou bien encore les silences. Ces signaux sont perçus d’une certaine manière par ceux qui nous entourent, et les animaux sont loin d’y être insensibles. Ce langage non verbal n’est pas toujours facile à décrypter, car il « peut accompagner ou remplacer la parole, détaille la spécialiste. Il y a des attitudes concordantes avec les mots, mais aussi des attitudes exprimant le contraire de ce que l’on dit. »

    Quels impacts peut-il avoir sur nos animaux ?

    Que cela soit maîtrisé ou non, « nous pouvons faire passer beaucoup de messages par le langage non verbal : inviter l’autre à interagir avec nous, lui faire plaisir, ou au contraire lui faire comprendre qu’il doit partir », souligne Annaïk Fève. Autant de signaux émis qui peuvent avoir un impact sur nos animaux de compagnie, particulièrement sensibles à nos intonations et à nos postures. « Si on dit  à un animal : "couché" en regardant dans le vague, cela n’aura pas le même effet que si on lui demande la même chose en étant debout face à lui et en le regardant. » Le langage non verbal a ainsi un rôle important à jouer au moment de l’éducation ou de la rééducation de nos compagnons à quatre pattes. « On peut associer certains gestes et comportements physiques à des demandes précises ».

    Quelles sont les variations possibles ?

    « Le langage non verbal est aussi très culturel », rappelle cependant la docteur en neurosciences. Certains signaux ne seront donc pas interprétés de la même manière dans différents pays. « Un propriétaire japonais, par exemple, aura ses propres codes non verbaux, qui ne seront pas les mêmes que ceux d’un propriétaire français ». Habitué à ces normes culturelles, il y a donc de fortes chances pour qu’un animal japonais n’ait pas les mêmes réactions qu’un animal français face à une posture identique des deux propriétaires. 

    Le langage non verbal entre les hommes peut aussi être différent du langage non verbal entre les animaux. Ces derniers utilisent notamment les phéromones dans leur communication. Il s’agit de substances sécrétées pour attirer sexuellement un partenaire. À la différence des animaux, les hommes ne sécrètent pas ou très peu de phéromones. Or, « il n'est pas sûr que cette utilisation d’odeurs soit comprise par l'animal de la même façon que chez l'homme, détaille Annaïk Fève. On peut se parfumer avant d’aller à un rendez-vous galant, mais on ne se parfume pas pour faire plaisir à son chat ! »

    Enfin, les langages non verbaux de l’homme peuvent être perçus de manière différentes par les animaux en fonction de leur histoire et de leur vécu. Un chien battu sera ainsi plus sensible à certaines attitudes humaines qu’un animal élevé dans une famille aimante.

    Pour approfondir ce sujet et échanger avec le docteur Annaïk Fève, rendez-vous le samedi 30 septembre au séminaire Pet Revolution, L'Animal en marche.

     

    Annaïk Fève
    Annaïk Fève est neurologue, psychanalyste et docteur en neurosciences. Elle étudie les langages non verbaux chez l'homme et leurs interactions avec les « autres ». Elle travaille comme consultante dans un cabinet neurologique et dirige Neurofinde (www.neurofinde.fr), une société d'aide à la compréhension du facteur humain dans les entreprises à risque.

     


    Autres articles à lire

  • Fort McMurray : des milliers de chiens et chats abandonnés

    09/05/2016

    Plusieurs centaines de milliers d’habitants ont dû quitter leur demeure en laissant parfois derrière eux leurs animaux de compagnie. Livrés à eux-mêmes ou enfermés dans les maisons, certains attendent le retour de leur propriétaire depuis plusieurs jours. Pour les sauver d’une mort certaine, des groupes de bénévoles s'organisent…

    Vivre ensemble
  • Les gens qui parlent aux animaux seraient plus intelligents

    10/04/2017

    Selon un spécialiste du comportement, le fait de parler à nos compagnons à quatre pattes et de leur attribuer des caractéristiques humaines serait une preuve de sensibilité et d’intelligence sociale supérieures à la moyenne.

    Vivre ensemble
  • Au programme de Pet Revolution : les clés pour vivre avec son chat

    26/07/2017

    « Pet Revolution, l’Animal en Marche » est un séminaire qui propose de partager les connaissances actuelles sur le bien-être de nos animaux de compagnie. Prévu sur deux jours, dans un amphithéâtre de l’université de Nanterre, il convie vétérinaires, éthologues, éducateurs, chercheurs en sciences humaines et philosophes pour débattre de leur place dans notre société. Parmi eux, Daniel Filion animera une intervention intitulée « Solutions aux problèmes chez le chat et comment convaincre le propriétaire de les appliquer ».

    Vivre ensemble
  • Le chien est le meilleur ami de l’enfant dans la famille

    26/01/2017

    Une étude britannique révèle que les enfants s’entendent mieux avec leur animal de compagnie qu’avec leur propre frère et sœur au sein d’une famille : parmi nos amis à quatre pattes, les chiens se montrent particulièrement bons compagnons pour leur jeune maitre.

    Vivre ensemble
  • Dico, chien flic à la retraite

    15/08/2017

    Grâce à une incroyable chaîne de solidarité et de bonté, un chien de police âgé et malade a trouvé une famille d’accueil. Chez les Drouart, il va pouvoir couler des jours paisibles entouré d’affection et des soins dont il a besoin.

    Vivre ensemble
  • A 11 ans, il saute à l'eau pour sauver deux chiots de la noyade

    10/05/2016

    Alors qu'il se promenait le long de la Charente avec ses grands-parents, Enzo, un jeune garçon âgé de 11 ans assiste à une scène surréaliste. Une femme jette des chiots du haut d'un pont. Sans hésiter, il saute dans l'eau pour sauver deux jeunes beagles.

    Vivre ensemble
  • Une marche canicitoyenne le 20 septembre à Paris

    19/09/2015

    Demain, rejoignez la tribu canine et défilez avec votre chien de la rotonde de la Villette au parc des Buttes-Chaumont, pour interpeller les élus sur l’importance de la présence du chien en ville. Cette manifestation pointe aussi du doigt les causes de la baisse du nombre de chiens adoptés par les Français.

    Vivre ensemble
  • Au terminus des bienheureux

    08/03/2017

    Considéré comme l’un des premiers cimetières animaliers au monde, c’est surtout un lieu où règnent l’apaisement et le bonheur d’aimer. Petite promenade dans les allées du cimetière des chiens d’Asnières-sur-Seine…

    Vivre ensemble